Lutte contre les déchets plastiques : L’expérience de Tabadiang en Gambie doit être vulgarisée

0

Au moment où le Sénégal est en train de tout mettre en œuvre pour appliquer la loi réglementant l’utilisation des sachets plastiques, Tostan Gambie avait réussi une expérience à Tabadiang qui mérite d’être vulgarisée pour lutter efficacement contre le péril plastique en Afrique.

Pour rappel depuis 2012, des femmes ont appris à confectionner à la main des sacs, des pochettes, des bonnets entre autres, à partir des sachets plastiques jetés dans la nature pour améliorer leur cadre de vie. Ces produits Made in Tabadiang ont fait l’objet d’une exposition à l’occasion du lancement du projet Initiative Paix et Sécurité de Tostan à Tankanto Maoundé dans le département de Kolda au sud du Sénégal, au mois d’avril de la même année.

Devant des délégations venues des différentes régions du Sénégal et des pays voisins comme La Guinée Bissau et la Gambie, Madame Diallo soulignait avec force : « A Tabadiang, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Avant de poursuivre que cette initiative communautaire présente un double intérêt. En effet, « elle permet de débarrasser notre cadre de vie de ces déchets plastiques qui constituent pour nous un véritable péril environnemental dans nos cités. Mais, nous gagnons  aussi  des sous à partir de cette activité puisque les sacs sont vendus  au prix de 500 F CFA l’unité. Ce qui contribue à la lutte contre la pauvreté dans les zones d’intervention de TOSTAN Gambie », s’est-elle félicitée.

Toutes choses qui font dire à certains amis de la nature que la loi interdisant les sachets plastiques peut bien cohabiter avec cette expérience de Tabadiang au pays de la Téranga. Et que si les pays africains se l’appropriaient en masse, cela pourrait aider à débarrasser considérablement certains centres urbains de ces matières plastiques qui restent une préoccupation majeure.

Ismaila Mansaly / Vivafrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here