Tanzanie : Saada Mkuya Salum accusée d’empêcher l’installation d’une centrale éolienne de 300 MW

0

Le ministre tanzanien des Finances, Saada Mkuya Salumva été prise à partie par le Parlement pour avoir voulu « entraver » la construction d’une centrale éolienne de 300 MW d’un coût de financement total de plus de 133 millions de dollars par Exim Bank, dans la région de Singida. Du coup, le président de National Development Corporation (NDC) compte céder son poste.

« Je pourrais envisager de quitter mon poste de président de la NDC si nous continuons avec cette attitude qu’ont certains ministres», a déclaré le président de la National Development Corporation (NDC), Chrisant Mzindakaya, devant le Parlement. La mise en place de la centrale est d’un coût de plus de 133 millions $ qui est prévue d’être financée par l’Exim Bank.

L’objet de la contestation au cœur de laquelle se trouve actuellement Mme Mkuya Salum est une lettre qu’elle a envoyée à Exim Bank et qui pourrait compromettre l’accord du prêt par la banque. Cette lettre a été fortement décriée par les parties prenantes à la construction de la centrale, parmi lesquelles Chrisant Mzindakaya, le président de la NDC qui a menacé de démissionner si de telles choses se reproduisaient.  a-t-il déclaré devant le Parlement.

Sa mise  en place a été confiée à la National Development Corporation (NDC), la Tanzania Electric Supply Company (Tanesco) et la Wind Power Tanzania Limited.

Par conséquent, Mohammed Misanga, un député de la région de Singida Sud a également décrié une déclaration faite par la ministre des Finances devant le Parlement et relative à d’éventuelles difficultés de son ministère avec l’actionnariat des différents acteurs. « S’il y a des problèmes avec l’actionnariat, ils devraient être réglés en interne. En outre, pourquoi est-elle concernée par l’organisation mise en place ? N’est-elle pas celle qui a approuvé le processus de demande de prêt en premier lieu ?» a-t-il demandé, irrité par cette lettre envoyée par la ministre sans l’accord du Premier ministre en charge du suivi du projet. « Nous avons suivi tout le processus et le comité de la dette nationale formé au sein du ministère des Finances a évalué le projet et donné le feu vert pour sa poursuite.» a assuré Elli Pallangyo, directrice intérimaire de l’industrie au sein du ministère de l’Industrie et du commerce.

Chrisant Mzindakaya s’est dit néanmoins « optimiste » quant au prêt de la banque chinoise qui est assorti d’un taux d’intérêt de 2% avec une durée de remboursement de 20 ans. Selon lui, il devrait pouvoir être payé après les 7 premières années d’exploitation de la centrale.

Avec Agence Ecofin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here