Énergie et Genre dans l’espace CEDEAO (II)

2

VivAfrik.com – Aujourd’hui, il est établi que l’accès durable des populations urbaines et rurales vulnérables aux services énergétiques modernes est une composante essentielle de la croissance économique et un facteur d’amélioration des niveaux et de la qualité de vie des populations.

Veuillez lire d’abord : >> Énergie et Genre en espace CEDEAO (I)

Malheureusement le taux global de consommation d’énergie en Afrique de l’ouest reste encore un des plus faibles au monde.

Les femmes souffrent plus que tout le monde de cette pauvreté énergétique alors qu’elles représentent la couche de la population la plus frappée par les effets négatifs des changements climatiques, et par la pauvreté qui se féminise davantage et sévit plus sévèrement en milieu rural. Elles accèdent difficilement aux services énergétiques propres et durables. Une bonne partie de leurs besoins en énergie reste insatisfaite, ce qui réduit considérablement leur capacité à mener des activités génératrices de revenus et à améliorer sensiblement leur niveau de vie. En milieu rural, elles utilisent encore des sources d’énergie dangereuses pour leur santé et pour l’environnement comme le charbon de bois ou le bois de chauffe.

L’heure est donc venue de corriger cet état de fait, de lever les contraintes d’accès des femmes à des services énergétiques de qualité pour s’inscrire dans une dynamique de développement économique et social durable, en ayant dans les différents pays membres de la CEDEAO, des politiques énergétiques inclusives.

A y regarder de plus prés, l’intégration du genre dans l’accès à l’énergie est avant tout une question de justice sociale et d’équité car elle procède du droit à la survie, et du droit à la participation économique qui sont en réalité des droits humains fondamentaux consacrés par plusieurs textes et conventions internationales comme la charte africaine des droits de l’homme à laquelle adhère plusieurs pays africains. C’est aussi une question qui revêt une dimension économique parce l’accès à l’énergie leur permet de mener des activités économiques, une dimension environnementale dans la mesure où cela permet de réduire l’action anthropique néfaste sur les ressources forestières, et une dimension sociale ; l’énergie étant un bien indispensable à la bonne marche de plusieurs autres secteurs d’activités notamment l’éduction et la santé.

Lisez également : Énergie et Genre en espace CEDEAO (III)

Bacary SEYDI / VivAfrik

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here