Les agences de notation n’intègrent toujours pas les risques liés au changement climatique

0

Standard & Poor’s, Moody’s et les autres agences de notation continuent à attribuer leurs notes sans tenir compte des risques liés au changement climatique. Cette erreur d’appréciation pourrait provoquer une nouvelle crise financière, selon le rapport du Center for International Environmental Law repris vendredi par le site du Guardian.

Les énergies fossiles comme le pétrole ou le charbon sont actuellement surévaluées par les agences de notation, avance le centre, rappelant que c’est la surévaluation des prêts hypothécaires qui a déclenché la crise des subprimes en 2008, base de la crise financière.

Les spécialistes du climat s’accordent sur le fait que le réchauffement doit être limité à 2°C afin d’éviter d’importantes catastrophes environnementales. Pour y arriver, les émissions de CO2 doivent être fortement réduites partout dans le monde. On estime donc que 80% des réserves de charbon, la moitié de celles de gaz et un tiers du pétrole doivent restés inexploités.Les agences de notation n’en tiennent absolument pas compte, relève le rapport, et continuent à surévaluer les entreprises qui investissent dans les énergies fossiles, contribuant donc au réchauffement.

“Les agences ont tendance à voir à court terme, disons cinq ans, alors que les risques liés au changement climatique ont un agenda à plus long terme”, explique Niranjali Amerashinghe du centre.

Avec RTLInternational

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here