Zone des Niayes : Plus de 4 000 maraichers menacés de chômage par les industries minières minières

0

VivAfrik.com – Le Forum civil et le réseau des parlementaires pour la bonne gouvernance des ressources minérales ont tiré la sonnette d’alarme sur la situation qui prévaut dans la zone des Niayes. Plus de 4 000 maraichers sont menacés d’aller en chômage à cause des industries minières extractives implantées dans leur zone d’exploitation.

Les Niayes sont menacés de disparition à cause de l’implantation des sociétés extractives. Aujourd’hui plus de 4000 maraichers sont dans la tourmente et ils risquent d’aller au chômage. Et c’est le forum civil et le réseau des parlementaires pour la bonne gouvernance des ressources minérales qui alerté sur la situation qui prévaut dans cette zone d’exploitation agricole plus particulièrement maraîchère. Et ce sont des conflits fonciers qui opposent souvent les populations aux industries minières extractives implantées dans les zones d’exploitations.

Société civile et parlementaires indexent l’Etat

En tournée à Dangote, à Darou Khoudoss, à Mboro et à Pouth, les parlementaires pointent du doigt l’Etat qui a permis à ces industries d’acquérir des licences d’exploitation sans tenir compte de celle qu’en fait les populations qui sont souvent des « sans voix » dans cette zone.

« Les principaux enseignements que nous avons retenus, c’est qu’aujourd’hui, l’Etat est en train de développer une filière et de tuer une autre. Qu’est-ce à dire ? Dans la zone des Niayes, la filière maraîchère est en train de disparaitre, non seulement avec les productions mais avec d’autres problèmes parce que toutes les terres ont été vendues à des exploitations minérales. Les populations développent des instincts de survie, 4 000 producteurs maraichers sont sortis », a expliqué le coordonnateur du forum civil Thiès, Abdou Aziz Diop.

« C’est triste, c’est regrettable. C’est aussi l’Etat du Sénégal qui doit se donner les moyens une fois qu’on adhère à la norme et c’est lui qui signe les contrats avec les compagnies qui doit se donner les moyens de pousser fort pour que la production du rapport ne trouve sur son chemin aucun obstacle », a fustigé le député à l’Assemblée nationale, Mamadou Dialane Faye, membre du réseau.

Toutefois, les maraichers des Niayes appellent à l’Etat de leur permettre de poursuivre leurs activités.

Par Saër SY / Vivafrik.com avec Rfm

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here