SENEGAL : Sampathé, à l’ère de la double culture de riz grâce au PAPIL et le PPDC

0

VivAfrik.com – La culture de contre saison est désormais possible à Sampathé, un village situé à une dizaine de kilomètres de Kolda (sud). Le Projet d’Appui à la Petite Irrigation Locale PAPIL soutenu par le Projet Pôle de Développement de Casamance a initié un périmètre de 10 ha où le riz pluvial et le riz de contre saison cohabitent en ce moment. Pour le second, la récolte a même commencé pour le grand bonheur des femmes de cette localité qui réclament à la délégation du PPDC venue les raconter ce vendredi 7 aout d’élargir cette expérience aux autres villages afin de renforcer davantage la sécurité alimentaire dans cette contrée du Fouladou.

« C’est merveilleux. Vraiment, nous n’avons jamais imaginé qu’on peut récolter du riz deux fois dans l’année. Le PPDC et le PAPIL nous ont beaucoup aidés », se félicite la présidente du groupement des femmes de Sampathé devant la délégation du PPDC venue visiter leur périmètre. Au total, ce périmètre aménagé compte 39 parcelles complètement emblavées où le riz pluvial à atteint une hauteur de 15 à 20 cm. A l’extrémité de cette exploitation se trouvent deux parcelles test de riz de contre saison qui est déjà arrivé à maturité, la récolte est en cours. Selon Bassirou Diédhiou, conseiller polyvalent de Bamtaré Sodefitex, le test a été fait avec le NERICA 4 qui est une variété à cycle court. A l’en croire, les semis ont été effectués exactement à la date du 27 avril dernier sur les deux parcelles d’une dimension de 115 m sur 50.

Revenant sur le partenariat avec le PAPIL, le coordonnateur du PPDC rappelle que les contraintes majeures liées à l’exploitation de ce périmètre étaient l’eau et la divagation des animaux. C’est ainsi que le PPDC a été sollicité pour appuyer ces producteurs afin de sécuriser leur périmètre et d’améliorer leurs conditions de travail. En réponse à cette sollicitation, « le PPDC a financé entièrement la clôture et l’équipement d’irrigation, acheter des semences et des intrants, mais aussi renforcer les capacités de ces agriculteurs », a expliqué Youssouph Badji. Ce qui a permis à ces paysans de visiter des expériences de contre saison au nord du Sénégal et d’avoir une certaine maitrise de l’itinéraire technique relative à la culture du riz. Il est heureux de constater aujourd’hui que ces villageois, les encadreurs et les partenaires se félicitent de cette expérience qui mérite d’être vulgarisée pour lutter contre la faim et la pauvreté dans cette contrée au Fouladou. En tout cas, c’est le souhait des femmes trouvées dans ce village de Sampathé qui ne cessent de recevoir des doléances en provenance de leurs sœurs des villages environnants.

Ces doléances transmises au responsable du PPDC, ne sont pas tombées dans l’oreille de sourd. A en croire son coordonnateur, ce partenariat avec le PAPIL n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Le compagnonnage va se poursuivre puisque cette expérience montre à suffisance qu’il existe des pistes de solution pour lutter contre la pauvreté et apporter le bien –être dans les villages. Non sans rappeler que, le mandat du PPDC, « c’est d’aider les populations à exploiter les ressources naturelles autour d’elles pour tirer le maximum de profit et de façon durable ».

Le patron du PPDC en a profité pour inviter les populations et l’ensemble des acteurs à se mobiliser pour que le Programme National d’autosuffisance en Riz puisse atteindre les résultats escomptés dans la région naturelle de la Casamance.

Ismaila Mansaly / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here