Sénégal : Vers la domestication des fruitiers forestiers

1

VivAfrik.com – Des fermes de fruitiers sauvages vont bientôt voir le jour au Sénégal. Des activités de recherches seront menées dans le pays pour parvenir à la domestication de ces espèces. C’est une révélation du Directeur scientifique de l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA).

Le Docteur El Hadji Traoré l’a dit à l’occasion de l’atelier de programmation des activités de recherche de son institut pour le compte de l’année 2016. Atelier qui vient de réunir à Kolda (sud), du 7 au 9 septembre derniers, les différents chefs de centres et laboratoires de recherches travaillant sur la santé et les productions animales et forestières.

A en croire M Traoré, les fruitiers sauvages constituent un apport économique inestimable dans bon nombre de ménages sénégalais. Et les enquêtes révèlent que « 30 à 40% des budgets de certains ménages établis dans les régions sud du pays proviennent de la cueillette », a-t-il informé

Par conséquent, il est important pour la recherche d’améliorer la productivité de ces fruitiers sauvages très sollicités qui risquent d’être menacés de disparition, si rien n’est fait.

Selon le Directeur scientifique de l’ISRA, deux actions principales seront menées pour parvenir à préserver et conserver ces espèces. Il s’agit de travailler à les domestiquer afin de « créer des fermes de ces fruitiers forestiers comme il existe des jardins de mangues, d’oranges ou de bananes », précise l’expert.

Avant de poursuivre que la deuxième action consiste à travailler à réduire le cycle de production puisque ces espèces ont en général des cycles de vie longue. Le raccourcissement du cycle de production va permettre aux personnes qui veulent se lancer dans ces productions puissent le faire dans des délais raisonnables et pouvoir en tirer le maximum de profit.

La productivité de ces espèces pourra aussi être améliorée par des sélections et des travaux de greffe, a conclu Dr Traoré.

Ismaila Mansaly / VivAfrik

Laisser un commentaire