Sénégal : L’OIS lutte contre la corruption dans la délivrance des permis de coupe et de circulation du bois…

0

L’Observatoire sur l’Intégrité au Sénégal mène une croisade contre la corruption dans la délivrance des permis de coupe et de circulation du bois, mais aussi de construire et de conduire au pays de la Téranga. Une campagne de sensibilisation du secteur privé local a démarré ce lundi 28 septembre à Kolda (sud) par un atelier de deux jours portant sur la connaissance et l’application de la Convention des Nations Unies contre la Corruption (CNUCC).

« Zéro fraude sur les permis ». C’est le message clé de cette campagne de sensibilisation initiée par l’OIS avec l’appui de l’ONUDC. Elle a pour objectif de « prévenir la corruption dans les délivrances des permis par un contrôle citoyen », notamment ceux relatifs à « la coupe et la circulation de bois » au Sénégal, a indiqué le Secrétaire Général de l’OIS Ibrahima Mamour Ndiaye.

A l’en croire, les forêts de la région de Kolda continuent de faire l’objet d’une coupe intensive malgré les efforts consentis par l’Etat et les amis de la nature avec parfois malheureusement « des pratiques peu catholiques constatées ça et là, dans la délivrance des permis de coupe et de circulation de bois », a déploré M Ndiaye.

C’est pourquoi, il profite de cet atelier régional pour inviter les acteurs de la société civile à se joindre à l’OIS afin de mettre en place une forte coalition pour faire face à « Cette déforestation qui risque de nous conduire à un péril aux conséquences catastrophiques ». Avant de poursuivre qu’une forte mobilisation est aussi attendue des acteurs pour combattre «  la corruption, la fraude et la concussion dans la délivrance des permis de conduire et de construire ».

Ainsi, cet atelier va se terminer par « la signature d’une lettre d’engagement commun pour prévenir et lutter efficacement contre la corruption …», a indiqué le psychologue conseiller Malang Mané, un des membres fondateurs de la section koldoise de l’Observatoire sur l’Intégrité au Sénégal. Il précise que sa structure entend poursuivre le combat à travers des foras communautaires pour davantage sensibiliser les populations afin de contribuer à la réduction de ces fléaux qui sont en train de prendre des proportions inquiétantes dans le pays.

Ismaila Mansaly / Vivafrik