Dérèglement climatique : l’urbanisation combinée aux énergies renouvelables au chevet de l’Afrique

0

L’urbanisation un puissant moteur pour l’Afrique :

La planète s’est dotée d’une nouvelle feuille de route pour le développement. Après les huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) qui ont accompagné la période de 2000 à 2015, ce sont dix-sept Objectifs de développement durable (ODD) qui devraient permettre de construire le futur des 8,5 milliards d’habitants attendus sur la planète dans quinze ans. Il s’agit pour les Nations unies de mettre fin à la pauvreté d’ici à 2030 et « de transformer les vies tout en préservant la planète ». En ce sens, d’après LE MONDE.

le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a souhaité jeudi que l’Afrique réussisse son processus d’urbanisation car, a-t-il dit, « lorsqu’elle est bien gérée, l’urbanisation peut être un puissant moteur de développement durable ».

Rappelant, que l’Afrique est « la région du monde qui s’urbanise le plus vite » et que « les deux tiers de la population totale du continent, estimée à 2,5 milliards d’habitants en 2063, auront besoin de services urbains », M. Ban a affirmé que l’Afrique devait se préparer à cette profonde mutation.

 L’Afrique et les énergies renouvelables : la voie vers la croissance durable

Les évaluations de l’état de préparation pour le déploiement des énergies renouvelables (RRA) menées par l’IRENA (agence internationale des énergies renouvelables) utilisent une approche participative pour réunir et comprendre le rôle de tous les acteurs du secteur qui aideront les pays à effectuer une transition vers les énergies renouvelables. Selon  MEDIATERRE, la méthode d’évaluation permet, pour chaque pays, de connaître l’état du secteur énergétique, le potentiel en matière d’énergies renouvelables, la faisabilité technologique et la compétitivité de la production locale…. À ce jour, ces évaluations ont été réalisées dans sept pays africains : en Gambie, au Ghana, au Mozambique, au Niger, au Sénégal, au Swaziland et en Zambie.

L’interconnexion des réseaux  électriques une solution pour sauver l’environnement

Toujours selon le site MEDIATERRE l’interconnexion ne se limite pas qu’aux échanges d’électricité entre voisins immédiats. L’électricité propre et à prix concurrentiel peut traverser plusieurs pays pour alimenter des centres de croissance à forte demande. De ce fait, l’Afrique de l’Est détient un énorme potentiel pour réaliser un tel projet d’interconnexion des réseaux, qui peut être utilisé pour alimenter en électricité son essor économique et potentiellement répondre à la demande croissante en énergie de l’Afrique australe, où la production repose actuellement sur des centrales au charbon non viables d’un point de vue environnemental.

Ndéye Fatou NDIAYE / VivAfrik