RD Congo: 6 braconniers arrêtés grâce à des chiens renifleurs

0

Le Projet d’appui à l’application de la loi faunique de la République du Congo (Palf) a indiqué avoir pu arrêter six personnes pour crime faunique au moyen de la mise en œuvre du programme de chiens renifleurs selon Adiac-congo repris par Vivafrik.

Ce chiffre représente un bilan à mi-parcours de ce programme mis en œuvre depuis plus d’un an. L’équipe de ces chiens renifleurs spécialement entraînés et extrêmement efficaces travaillent en première ligne dans la bataille contre le trafic d’espèces sauvages.

« Le programme de chiens renifleurs est géré par le Projet d’appui à l’application de la loi faunique de la République du Congo (Palf), le projet Wildlife Conservation Society(WWS) et la Fondation Aspinall, en partenariat avec le Ministère de l’économie forestière et du développement durable. Les chiens vérifient attentivement les bagages à l’aéroport international Maya-maya à Brazzaville ainsi que sur les routes du pays, et même jusqu’aux campements des braconniers en forêt. A ce jour, les chiens renifleurs du Palf ont déjà aidé à l’arrestation de six personnes pour crime faunique et de nombreuses saisies et autres perquisitions » commente un communiqué du Palf.

En employant ces nouvelles techniques, il y a bon espoir de mettre fin au trafic d’espèces sauvages en République du Congo, bien que cela reste une longue et difficile lutte.

Pour l’instant, ces chiens sont sur le terrain et continuent à travailler dur pour détecter les produits fauniques illégaux dans le but de sauvegarder la biodiversité au Congo.

L’an passé par exemple, les services de la gendarmerie avec l’aide des chiens renifleurs, ont arrêté Papa Jean Cissé, après qu’ il ait été pris la main dans le sac, en train de vendre des bijoux en ivoire dans le marché de Plateau-ville à Brazzaville. Le jour de son arrestation, les chiens ont fouillé l’ensemble du marché, dans lequel de l’ivoire était ouvertement vendu.

Aujourd’hui, la plus forte peine applicable pour des crimes fauniques en République du Congo est de 5 ans de prison ferme. Cela s’applique aux délits impliquant des espèces intégralement protégées, soit des espèces emblématiques comme les éléphants de forêts. Toutefois, les activistes environnementaux congolais continuent à lutter pour une application plus stricte des lois sur la faune.

De même, ces chiens sont à l’œuvre en Afrique du Sud. Dans un communiqué rapporté par le projet Palf, un chien renifleur a pisté deux chasseurs de rhinocéros qui ont été condamnés à 14 ans de prison par la justice Sud-africaine.

« Les rhinocéros n’ont jamais vécu au Congo, mais nous faisons face ici à une bataille pour sauver un autre pachyderme sur le point de s’éteindre : les éléphants des forêts. Comme en Afrique du Sud, des chiens renifleurs spécialement entraînés se révèlent être très efficaces dans cette lutte au Congo », commente un responsable du Palf.

Les braconniers ont été trouvés après avoir été pistés par un chien renifleur spécialement dressé, qui a suivi leurs traces et les a localisés cacher dans un fourré, ce qui a permis aux éco-gardes du parc national Kruger de mener à bien leur arrestation.

Le niveau de braconnage des rhinocéros a drastiquement augmenté, ces dernières années, en Afrique du Sud et si le rythme du massacre continue, les rhinocéros sauvages risquent de disparaitre d’ici à 2016, ajoute le Palf dans le communiqué précité.

Par Saër SY

Laisser un commentaire