Protection de la nature au Sénégal : entre recyclage et indignation

0

Préservation de l’environnement, le recyclage comme solution

La réutilisation des produits comme le plastique, le verre, le métal, les habits, les meubles devient incontournables pour réduire l’utilisation des ressources naturelles. « C’est un moyen de préserver l’environnement, en réduisant le taux de pollution et, une source de création d’emplois » déclare Abdoulaye Diouf Sarr le ministre de la gouvernance locale, du développement et de l’aménagement du territoire lors de la journée mondiale du recyclage. Car dans les déchets affirme –t-il, se dispute « les 200 000 tonnes de vieux vêtements donnés chaque année » entre associations, entreprises privées et multinationales spécialisées, nous dit Vivafrik.

Toujours dans l’ambiance de la journée mondiale du recyclage, le directeur général de la Société Industrielle Moderne des Plastiques Africaines (SIMPA), Ibrahim Hawili, exhorte le gouvernement à interdire l’importation de plastique au Sénégal. Ce dernier a fait savoir au micro de Vivafrik que son entreprise constitue la plus grande unité industrielle de recyclage de l’Afrique de l’Ouest. Et à l’heure actuelle, elle travaille avec 14 sociétés et récupère à peu près 200 tonnes de plastiques recyclables par mois. Selon lui, « le Sénégal propre, c’est très facile à faire : il faut arrêter les importations ».

Perspective cop 21 : Les écolos en colère et qualifie de mascarade la délégation sénégalaise en partance Paris.

Selon Michel Perlo porte-parole des jeunes écologistes, il ne servirait à rien que le Sénégal se présente au sommet climatique de paris. Relayé par Actuvert, ces jeunes dénoncent la construction d’une centrale à charbon à Bargny. Malgré leur niet catégorique, le gouvernement maintient sa position d’implanter cette centrale qui constitue un véritable désastre écologique et en plus cette zone est la plus touchée par l’érosion côtière au Sénégal. Pour eux, comme si cela ne suffisait pas une nouvelle bombe écologique est en gestation, une centrale à charbon dans les Niayes, à Sao Mekhé par l’entreprise Energie Africa. Une situation de trop qui a poussé les jeunes écologistes à se révolter et à tenir une conférence de presse.

Guédiawaye : ville hôte de la 7ème édition du forum international sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

250 participants issus des grandes entreprises sont attendus à cette rencontre. Au menu de cette édition 2015, « la Rse sous le regard croisé de femmes engagées dans le développement inclusif et durable du Sénégal ». Ainsi, le programme sera axé sur la prise en compte et la visibilité de la femme dans le milieu de l’entreprise et dans les programmes Rse. En outre, la contribution des femmes à l’amélioration du cadre de vie et de l’environnement sera particulièrement traitée sous l’angle de leur contribution dans le développement du tourisme durable.
Ndéye Fatou Ndiaye / VivAfrik

Laisser un commentaire