COP21 : La société civile mondiale reste debout pour le climat

0

Dans toutes les grandes villes du monde, la société civile a démontré sa ferme position en marchant pour le climat. Une manière ou d’une autre pour elle d’éveiller les autorités appelées à la table de discussion d’arriver à un accord ambitieux et contraignant applicable à tous.

En France : 400 militants et zadistes ont festoyé autour d’un banquet devant le Château de Versailles afin de dénoncer « la grande mascarade » de la COP21 selon l’Afp. Parmi eux, Geneviève, membre de l’ONG Attac, à l’arrivée du cortège. « C’est l’Etat, le premier terroriste », répondent en chœur les manifestants. Et la plupart considère que « le prétexte de l’état d’urgence, c’est une façon de museler les contestations citoyennes. Sinon, les marchés de Nöel ou les matches de foot auraient aussi été interdits », s’agace un autre « Camille ».

Restons toujours chez De Gaulle qui accueille ce sommet mondial sur le climat. Dans le Grand Ouest, plusieurs centaines de personnes ont contourné dans le Grand Ouest les interdictions préfectorales de manifester en organisant des chaînes humaines ou des rassemblements pour défendre le climat, à deux jours de l’ouverture de la COP 21, avec quelque 1 000 personnes selon les sources de la police, à Nantes, constate l’Afp à l’appel du Collectif Climat 44. A Rennes, quelque 450 personnes, à Brest entre 150 et 200 personnes

Au Sénégal : à Dakar la marche pour le climat a été initiée par l’Ong Awaaz, qui a vu une centaine de marcheurs qui ont parcourus une distance de 3 Km au moins allant du centre culturel Blaise Senghor au centre culturel Douta Seck en passant les deux voies de Fass, les Rues 25 et 22, constate Vivafrik.com au rythme des tam-tams et des danses.

Ailleurs, de Manille à Bogota en passant par New-Delhi, Tokyo, Londres, Kampala ou Sao Paulo, des marches pour le climat sont prévues un peu partout durant tout le week-end. Environ 3 000 personnes ont défilé samedi 28 novembre à Manille, aux Philippines, frappées régulièrement par des cyclones attribués au dérèglement climatique, rapport Le Monde.

En Australie, environ 5.000 personnes ont participé à Brisbane (nord-est) à une marche ouverte par des aborigènes et des habitants des îles du Pacifique, particulièrement affectées par la montée des eaux provoquée par le réchauffement. Des défilés ont également eu lieu au Bangladesh et en Nouvelle-Zélande, constate Afp.

Les travaux de la COP commenceront dès dimanche, son président, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, ayant convoqué une assemblée plénière pour définir la feuille de route des négociateurs avant l’ouverture officielle.

Demain, lundi, les 150 chefs d’Etat ou de gouvernement prendront la parole, notamment François Hollande, Barack Obama, Xi Jinping, Narendra Modi, Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan.

Par Saër SY

Laisser un commentaire