Conférence des Parties (COP21) : l’Afrique réclame justice

0

L’Afrique maintient la hausse de la température à 2 °C
D’après l’agence Ecofin, le président béninois Boni Yayi se veut clair «L’Afrique n’est pas venue à Paris pour demander de l’argent ou de l’aide, mais pour susciter l’engagement de toutes les parties concernées vis-à-vis des besoins de l’Afrique en matière d’adaptation climatique.» a-t-il déclaré. Et de poursuivre en expliquant que «les besoins en adaptation et en atténuation du continent n’ont rien à voir avec de l’aide mais relèvent de la simple justice, parce que le changement climatique est un phénomène global qui n’a pas été causé par l’Afrique.»
Selon Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine, l’’Afrique veut la mise en place d’un accord contraignant plafonnant la hausse de la température bien en deçà des 2 °C. «Ce texte devra consacrer les principes de responsabilité commune mais différenciée, de justice sociale et d’équité.» a-t-elle martelée.

La France compense l’Afrique à 6 milliards d’euros

Alors que plusieurs chefs d’États africains laissent, depuis plusieurs semaines, planer la menace de ne pas soutenir un accord climatique qui ne leur serait pas assez favorable, François Hollande a frappé fort, le président français s’est engagé à verser 6 milliards d’euros à l’Afrique pour développer l’électricité et les énergies renouvelables d’ici à 2020.
Cependant deux milliards relèveront essentiellement de prêts concessionnels et non de dons. En plus de cet argent affecté aux énergies renouvelables, François Hollande a promis 4 autres milliards pour électrifier un continent dont 70% des gens sont privés de cette source d’énergie nous révèle Vivafrikcom.
Les maires d’Afrique luttent contre le Changement climatique
Réunis à Johannesburg, pour les besoins du 7e Sommet Africités, Les élus locaux africains appellent les parties membres de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et le G77 à « prendre des initiatives fortes et contraignantes en faveur des pauvres ».
Ils s’attendent à un financement pour améliorer la résilience du continent aux changements climatiques, en particulier à travers l’alimentation, l’eau et la sécurité. Car l’énorme potentialité de l’Afrique pour les faibles émissions de carbone et la croissance économique verte, notamment par rapport aux possibilités de création d’emplois locaux doit être soutenue. Ces derniers se disent prêts à intensifier les actions climatiques en étroite collaboration avec les parties membres de la CCNUCC et d’autres acteurs pour aller vers un avenir au climat résilient, atténuer la pollution urbaine et promouvoir la gestion équilibrée du développement, indique l’Aps.

Les jeunes malgaches à la COP 21
C’est ce que titre Médiaterre, quatre jeunes malgaches participent à la COP 21 grâce à des programmes internationaux où ils ont brillé parmi des milliers de candidats. Un des projets les plus innovants qui a été présenté est le projet « Cartographie numérique par les jeunes et pour les jeunes » initié par l’Unicef. « Les cartes que les jeunes élaborent sont des cartes nationales thématiques qui mettent en avant les impacts du changement climatique sur différents secteurs, de proposer des solutions, d’échanger sur les meilleures pratiques », explique Zayn Abaakil, le responsable des jeunes à l’Unicef. Pour Madagascar, une centaine de jeunes a participé au projet. Plusieurs secteurs ont été analysés dans trois régions, entre autres l’accès à l’éducation et à la santé, la parité garçon-fille, la sécurité alimentaire.

Ndèye Fatou Ndiaye / VivAfrik