Le Sénégal à la recherche de moyens de protection de l’environnement

0

L’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, vers un programme doctoral sur l’économie du changement climatique
Cette initiative ambitionne de promouvoir « une recherche inclusive et multidisciplinaire orientée vers les solutions » au changement climatique. Selon le directeur du programme de formation doctorale de l’UCAD, le professeur Ahmadou Aly Mbaye « cette recherche vise à apporter des réponses à des problèmes posés par le changement climatique, puisqu’il n’y a aucun aspect de notre développement économique qui soit épargné par le changement climatique », note Aps. Selon lui, « il n’est plus possible de faire un cadrage économique correct de nos pays sans prendre en compte ce problème de risque climatique ». Un programme dirigé par le Centre régional de services fondés sur les sciences relatives au changement climatique et la fondation allemande.

Inégalité changement climatique : le PSE doit poursuivre ses objectifs fixés

M. Issa Isaac Sissokho, Docteur en Droit sur le changement climatique, estime que l’approche de la pollution doit être considérée sur le plan individuel et non par pays, car la quantité de gaz à effet de serre émise dans l’atmosphère est avant tout symptomatique des disparités économiques entre les pays. Par conséquent, il ne faut pas prendre en compte seulement le CO2 produit par pays, mais surtout celui consommé. Sous ce rapport, on verrait que 1% des plus riches dans le monde, qui sont donc les américains et les européens émettent plus de 200 tonnes de CO2 par an et par habitant, alors que la moyenne dans les pays pauvres est de 2000 fois plus faibles. Par ailleurs, ce docteur en droit somme le Sénégal à ne pas compromettre les objectifs fixés dans le PSE, informe Igfm.
Promotion de l’énergie l’Allemagne octroi 18 milliards au Sénégal.
Cet argent va permettre de mettre en place une centrale solaire de 15 MW dans la commune de Diass. L’énergie produite par cette centrale alimentera la zone économique spéciale intégrée (DISEZ) ainsi que le réseau connecté de la SENELEC, la société nationale en charge de la fourniture d’électricité. Elle devrait entrer en service en 2017.
Ce financement servira également à l’installation de systèmes photovoltaïques hybrides sur les îles du Saloum et à l’implantation de centres secondaires de la SENELEC à Kidira, Goudiry et Gounass. Une initiative de la coopération allemande nous apprend agence ecofin.

La compensation foncière mal gérée au Sénégal

Selon l’Initiative prospective agricole et rurale (Ipar) plusieurs limites sont relevées un peu partout dans les méthodes de compensation foncière. Le forestier et minier, Mor Sèye Fall, a dénoncé la «non-participation de certains acteurs au sein des Commissions (Organisation non gouvernementale (Ong), (Ocb) Organisations communautaires de base), l’absence de suivi des communautés déplacées, les problèmes d’activités économiques alternatives, le caractère subjectif «indemnité juste et préalable», la non compensation des facteurs de production avec la faiblesse des indemnités, les communautés sont dépossédées de leurs terres avant indemnisation et la non prise en compte de certains préjudices, révèle Vivafrik.

Ndéye Fatou Ndiaye / VivAfrik

Laisser un commentaire