La santé de la reproduction des jeunes occupe une place de choix dans l’agenda d’UNFPA

0
A joint campaign Summer Tour #FagaruJotna performed sexual and reproductive health outreach to youth on the beaches of Senegal throughout the summer. ©UNFPA Senegal

L’Unfpa entend faire de la jeunesse son porte étendard. Déterminé à mettre fin aux maux dont souffre celle-ci, en particulier la jeunesse féminine, le directeur du bureau régional du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), Mabigué Ngom a préconisé, vendredi à Dakar, des « actions d’envergure » et une « attention particulière » pour les jeunes afin que leurs préoccupations, notamment dans le domaine de leur santé de reproduction soient mieux prises en compte, apprend-on d’aps.sn dans sa parution du 19 février et parcouru par vivafrik.com.

« Il est temps de mener des actions d’envergure avec une attention particulière pour les jeunes en général et les jeunes filles en particulier », a soutenu Mabigué Ngom, directeur du bureau régional de l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’Unfpa. Il était l’invité du Réseau des adolescents et jeunes en population et développement de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (Afriyan girls) à une session de dialogue sur les orientations stratégiques de l’Unfpa sur les questions des jeunes. « Le développement de l’Afrique notamment la région Ouest et Centre passe inéluctablement par le bien-être de ses jeunes, alors que c’est la région la plus affectée par les pratiques les plus néfastes à l’encontre des jeunes, notamment les jeunes filles », a-t-il dit devant une centaine de jeunes collégiennes venues prendre part à cet échange. Pour le directeur de la région Afrique, cette plateforme d’échanges est un mode d’engagement pour mieux comprendre les défis auxquels les jeunes font face afin d’arriver à investir dans des méthodes qui permettent d’avoir des résultats durables et des signaux forts vers la résolution des problèmes des jeunes. Les nouvelles perspectives dans le cadre du nouvel agenda mondial de Développement durable (Odd) prendront en compte les « préoccupations des jeunes pour l’accès aux services de santé de la reproduction », a-t-il assuré.

En effet dans son introduction, la présidente de « Afriyan girls » Sénégal, Fatou Bintou Massaly avait soulevé l’inquiétude des jeunes filles profondément affectées par les pratiques traditionnelles néfastes dont les mutilations génitales, les mariages précoces entre autres. « Ces pratiques constituent un frein à l’épanouissement et à l’affirmation de la jeune fille », a-t-elle souligné. Avant d’appeler l’Unfpa à « placer les jeunes filles au cœur de cette problématique afin de faire d’elles le porte étendard de la lutte contre ces pratiques d’un autre âge qui plombent la réalisation du plein potentiel de la jeune fille ». La session de dialogue de deux heures, partagée en direct à travers la page Facebook de « parole aux jeunes » et sur Twitter, a été mis à profit par plus de deux mille jeunes à travers la toile pour interpeller le directeur du bureau régional sur différentes thématiques émergentes liées à la santé sexuelle et reproductive des jeunes. « Afriyan » dont le secrétariat exécutif est assuré par le Sénégal est un vaste réseau d’organisations de jeunesse installé dans toute l’Afrique.

Photo : A joint campaign Summer Tour #FagaruJotna performed sexual and reproductive health outreach to youth on the beaches of Senegal throughout the summer. ©UNFPA Senegal

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here