Le développement durable, source d’émergence pour le Sénégal

1

Labgar, Linguère une formation sur la bonne gestion des forages

Les membres des comités de gestion des forages de la commune de Labgar ont bénéficié d’une formation sur la gestion, les techniques rédactionnelles de rapports financiers et techniques. Organisé par le service départemental de l’hydraulique  de Linguère en  partenariat avec le Projet d’appui à la sécurité alimentaire (Pasa). L’objectif est de permettre aux membres des forages de la commune de Labgar de bien comprendre les textes réglementaires et statutaires. Il vise à leur faire connaître les modalités d’une bonne gestion des forages et de maîtriser les techniques rédactionnelles de rapports financiers et techniques nous apprend Aps.

L’eau génératrice d’emploi dans les pays  en voie de développement

Les secteurs de l’eau et de l’assainissement devraient connaître une floraison de nouveaux métiers à la faveur de l’accroissement de la demande en eau et face à une ressource menacée par les pollutions et les effets du changement climatique, a indiqué Dr Cheikh Hamidou Kane, hydrogéologue et enseignant-chercheur à l’UFR SI de l’université de Thiès qui s’exprimait lors de la célébration de la journée mondiale de l’eau.  Il a souligné que « le potentiel important de ressources en eau du pays est capable de contribuer directement et indirectement et de manière significative à la création massive d’emplois dans l’agriculture et les services publics de l’eau et de l’assainissement ».

Un temps instable au Sénégal

Les impacts négatifs des changements climatiques sont perceptibles, au Sénégal, à travers une forte perturbation des cycles naturels et des saisons, entrainant une augmentation de la fréquence et de l’intensité de certains phénomènes météorologiques extrêmes comme les vagues de chaleur, les sécheresses mais également, de temps en temps, des fortes précipitations. Un  constat de Maguèye Marame Ndao, directeur de l’ANACIM qui s’exprimait à l’occasion de la célébration de la Journée météorologique mondiale. Selon lui, l’avenir est peu reluisant à cause des changements climatiques et de leurs impacts négatifs dans notre pays nous apprend Vivafrikom.com.

La Decc remet  08  kits  d’identification de SAO à la Douane.

  Les  douaniers ont subi une capacitation  sur l’utilisation des identificateurs pour le contrôle des substances appauvrissant la couche d’ozone.  Selon, M. Cheikh Fofana, Directeur adjoint de la Decc (Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés), le Sénégal a mis en place un Programme de mise en œuvre des dispositions du protocole de Montréal et de ses amendements qui  ont pour objectif de réduire, voire éliminer les substances qui appauvrissent la couche d’ozone. Pour ce programme, il est question de  la mise en place d’une réglementation (décret et arrêté), la sensibilisation des différents acteurs, l’équipement en matériels de récupération et de recyclage des techniciens du froid et la formation des techniciens frigoristes et des douaniers. Selon Igfm, la mise en œuvre de cette réglementation ne peut se faire qu’avec les douaniers qui sont les premiers à être en contact avec les produits importés.

Fini les bradages des terres au Sénégal

 Les terres ne seront jamais immatriculées au nom des collectivités locales. C’était une exigence des collectivités, que les terres soient immatriculées en leur nom.  Des ressources supplémentaires qui permettront aux collectivités locales de jouer pleinement leur rôle. Mais le Chef de l’Etat ne le voit pas ainsi. Macky Sall se soucie surtout du bradage des terres et des conflits qui peuvent bien survenir. « Je recommande la prudence. Je ne serais pas du tout favorable, je le dis clairement, à ce que les terres soient immatriculées au nom des collectivités locales. Ça c’est exclu, parce qu’on sait la conséquence immédiate » a-t-il déclaré au micro de Igfm.

1 COMMENTAIRE

  1. Il faudra qu’on repense l’économie africaine pour pouvoir se développer. On est trop tourné vers l’Europe, on ne fait que copier alors qu’on a pas les mêmes priorités.
    Un pays traversé par plusieurs fleuves et qui crie au soif c’est vraiment compliqué de le développer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here