L’Afrique menacée par les changements climatiques, mise sur les EnR comme solution

0

Invasion de criquets : la FAO tire la sonnette d’alarme

L’Afrique du Nord est sous la menace d’une possible invasion de criquets pèlerins. D’après l’organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie pourraient être frappés par ce désastre si des précautions ne sont pas prises. Alors que des colonies de criquets ont été découvertes au Yemen, la FAO indique que les pays du Nord-ouest de l’Afrique devraient surveiller les aires de reproduction de ces insectes. L’organisation a particulièrement mis l’accent sur la Vallée du Draa, au Maroc, et la région de Zouerate en Mauritanie. Il faut souligner que les criquets pèlerins se regroupent déjà par petits groupes dans ces pays, d’où la nécessité d’une réaction urgente affirme Médiaterre.

Les tortues de mer : une espèce en voie de disparition en Afrique de l’ouest

La plupart des tortues marines, sept espèces en tout viennent pondre sur les plages de l’Afrique de l’Ouest selon Rfi. Parmi elles, la tortue luth et la tortue imbriquée sont classées comme espèces en danger critique sur la liste rouge de l’UICN (l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature), la tortue verte classée comme espèce en danger ou encore la tortue olivâtre classée comme espèce vulnérable. Il faut aussi souligner que La chair et les œufs de ces tortues sont très convoités par les populations mais depuis quelques années, des ONG locales sensibilisent les habitants pour qu’ils cessent le braconnage.

Le Nigéria pas prêt pour une centrale nucléaire

Ce pays  ne peut pas se permettre d’installer des centrales nucléaires pour le moment. Selon l’Institution nigériane des ingénieurs électriques et électroniques (NIEEE), le pays n’a pas une culture de maintenance et d’entretien assez ancrée pour s’engager dans un projet aussi strict et exigeant que la génération de l’énergie grâce au nucléaire La NIEEE a donc conseillé au gouvernement de recourir aux autres sources d’énergies telles que le charbon et le solaire et de concentrer ses efforts sur les 5 000 MW d’installations qui sont actuellement en cours d’achèvement. L’Agence ecofin déclare que Ses convictions épousent celles de l’Union nationale des employés du secteur électrique (NUEE) qui  craint, de son côté, que le pays ne dispose pas de la capacité nécessaire à la gestion d’un éventuel accident nucléaire.

Le Cameroun en plein pied dans le renouvelable

Produire des combustibles sous la forme de copeaux de bois utilisables dans des générateurs adaptés. C’est l’investissement d’un montant total de 2,9 milliards de francs Cfa que la société Biomass Cameroon SA entend réaliser dans les prochains mois.  La Compagnie générale des granules SA, une autre entreprise bénéficiaire de la même loi, ambitionne quant à elle d’investir une enveloppe de 1,1 milliard de francs Cfa dans la construction d’une unité de transformation des déchets de bois en biocombustibles. Selon Agence ecofin, ces deux projets permettront de créer un peu plus de 300 emplois et ceci dans le strict respect de la nature.

Ndèye fatou NDIAYE / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here