Algérie : l’ENAP se dote de 40 lampadaires solaires

0

L’unité de production de Lakhdaria (Bouira) de l’Entreprise nationale des peintures (Enap) s’est dotée de quarante (40) lampadaires fonctionnant à l’énergie solaire pour assurer son éclairage extérieur.

L’installation de ces lampadaires solaires a été réalisée par l’unité Etudes et réalisations en énergies renouvelables, filiale du Centre de développement des énergies renouvelables (Cder) avec un équipement composé de luminaires, d’un module photovoltaïque et d’une batterie de stockage pour une durée pouvant atteindre trois jours de fonctionnement, a expliqué energies-renouvelables-afrique.com. Les lampadaires installés, qui constituent une solution d’éclairage extérieur propre et autonome et ne nécessitant aucun raccordement au réseau électrique, permettent à l’Enap d’optimiser progressivement sa consommation énergétique et de préserver l’environnement, souligne la même source. De tels projets entrent dans le cadre de la mise en œuvre du programme du gouvernement visant à promouvoir l’économie, la maîtrise et l’efficacité énergétique et à développer l’utilisation des énergies renouvelables dans les différents secteurs comme l’industrie, le transport, l’habitat et l’agriculture.

Pour rappel, l’Algérie s’est engagée dans un Programme national de l’efficacité énergétique (Pnee) pour la période 2016-2030 qui prévoit une diversité d’actions et de projets devant favoriser l’émergence, à terme, d’un marché durable de l’efficacité énergétique dans le pays. Le programme, d’un montant de 900 milliards DA dont 54% assurés par l’Etat, prévoit notamment l’isolation thermique de 100.000 logements par an, la diffusion de 10 millions de lampes à basse consommation et la conversion en Gpl (gaz de pétrole liquéfié) de 1,3 million de véhicules particuliers et de plus de 20.000 autobus à l’horizon 2030. Ce programme prévoit aussi une production, d’ici à 2030, de 22.000 mégawatts (Mw) d’électricité de source renouvelable, notamment solaire et éolienne, destinée au marché intérieur, en plus de 10.000 Mw supplémentaires à exporter.

Les projets du Pnee permettraient à l’Algérie d’économiser 93 millions Tep (tonnes équivalents pétrole), d’éviter l’émission de 200 millions Tep de CO2 et de créer près de 180.000 postes d’emploi d’ici à 2030. Les pouvoirs publics se sont fixés l’objectif de réaliser, grâce à la mise en œuvre de ce programme, un gain financier de 42 milliards de dollars à l’horizon 2030 avec une réduction de 9% de la consommation d’énergie. Lors d’un conseil des ministres tenu en février dernier, il avait été décidé de placer le Pnee au rang de « priorité nationale ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire