L’Afrique subit toujours les affres d’El Niño

0

En Afrique australe, la sécheresse, notamment due à El Niño, met 23 millions de personnes en danger. La FAO appelle à une aide urgente pour parer au pire.

L’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) a tiré la sonnette d’alarme, sans beaucoup d’écho, fin juillet. Sans aide urgente à la production alimentaire, 23 millions de personnes seront dépendantes de l’aide humanitaire jusqu’à mi-2018 en Afrique. Avec le cortège de conséquences sociales et sociétales qu’entrainent les famines de cette ampleur, détaille euractiv.fr.

El Niño plonge 60 millions de personnes dans l’insécurité alimentaire

Le phénomène El Niño est un courant océanique chaud qui entraine une série de risques locaux en Amérique du Sud et en Afrique. Cette année, il est notamment à l’origine d’une sécheresse très importante dans une grande partie de l’Afrique australe et de l’Est. Depuis cet hiver, la famine guette la région, en raison de la juxtaposition d’un El Niño particulièrement ravageur et de conflits locaux.

Appel de la FAO pour l’Afrique australe

Dans des régions qui comptent des millions de déplacés, et dont une grande partie de la population survit grâce à une agriculture de subsistance, la sécheresse de cette année fait des ravages. La FAO a donc préparé un plan d’urgence prévoyant la distribution de semences, engrais, outils et autres intrants aux petits exploitants agricoles, et aux éleveurs. S’il n’est pas appliqué, on estime que l’Afrique australe comptera 23 millions de personnes dépendantes de l’aide humanitaire jusqu’à mi-2018. Le but de l’organisation est de permettre aux habitants de la région de rendre leurs cultures plus résistantes à la sécheresse, mais aussi à d’autres chocs climatiques, comme les inondations qui pourraient suivre El Niño. D’ici là, il est également nécessaire de mettre en place des mesures de protection des cultures sur pied et du bétail. Le projet est donc urgent et nécessaire, mais a un coût : au moins 97 millions d’euros pour aider les pays de la région, tous touchés. Il s’agit de la Tanzanie, du Mozambique, de la Zambie, du Zimbabwe, de Madagascar, de la Namibie, du Swaziland, du Lesotho et de l’Afrique du Sud.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here