La déforestation secoue les lémuriens de l’île de Madagascar

0

Symbole de l’île, le lémurien est en danger d’extinction. La déforestation grignote son territoire et la faim pousse les populations locales à les chasser pour leur viande. Une résolution internationale pour lutter contre le trafic illégal a été adoptée en Afrique du Sud, selon ouest-france.fr

Le rapport 2014 de l’Union internationale de la conservation de la nature (Uicn) a sonné l’alarme : 94 % des 105 espèces de lémuriens sont encore en danger d’extinction. Leur milieu naturel, la forêt, ne cesse de reculer. « Alors que les arbres couvraient 26 % de la surface de l’île dans les années 1950, la forêt ne représente plus que 16 % du territoire national aujourd’hui », indique Mathieu Baehrel, directeur de l’ONG Etc Terra, et responsable du PHCF, un programme global de conservation des forêts, sous l’égide de l’agence française de développement. La grande pauvreté, la culture sur brûlis et le trafic de bois de rose (qui sert à faire des guitares électriques et des meubles chinois) régnant à Madagascar sont la principale cause de la déforestation. Depuis la fin des années 80, les périodes de famines qui reviennent régulièrement poussent les populations locales à briser le « tabou », à chasser les lémuriens pour pouvoir manger de la viande. En latin, lemur signifie « spectre » et certaines des vingt-deux ethnies malgaches considèrent cet animal comme la réincarnation des êtres disparus, donc sacré. Mais la faim est un puissant moteur…

En 2009, pour donner l’alerte, l’association locale Fanamby a envoyé des photographies de lémuriens découpés et fumés, vendus comme de la viande de brousse par des trafiquants. Le grand primatologue Russ Mittermeier, ardent défenseur de la faune de Madagascar a donné au scandale une audience internationale. L’animal est protégé depuis 1983, date à laquelle Madagascar a ratifié la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites).

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here