L’Eskom trainée en justice en Afrique du Sud

0

L’Association sud-africaine de l’énergie éolienne (Sawea) a porté plainte contre l’Eskom auprès du Régulateur national de l’énergie en Afrique du Sud (Nersa). Selon le représentant du secteur éolien, « l’Eskom contrevient directement aux politiques gouvernementales en matière de diversification du mix énergétique national. La posture qu’elle adopte actuellement est incompatible avec les décrets gouvernementaux, la loi sur les terres et ses propres prérogatives », déclare-t-il dans Ecofin.

En juillet dernier, le principal fournisseur de l’électricité du pays a en effet déclaré au ministère de l’énergie qu’il ne signerait pas de contrats supplémentaires de rachat d’électricité avec les producteurs d’énergies renouvelables sélectionnés pour les phases 4 et 5 du programme national d’installation d’énergies renouvelables. Malgré la position du ministère qui avait répliqué que l’Eskom n’avait pas la compétence nécessaire pour édicter des règles, ce dernier a reporté sine die la signature du contrat de rachat de l’électricité produite par la centrale solaire thermale de Redstone (d’une capacité de 100 MW). Cette décision, combinée au soutien affiché de la société au nucléaire et au charbon que son directeur Brian Molefe juge plus rentables que le renouvelable, inquiète la Sawea qui suspecte la société d’abuser de sa position de principal fournisseur d’énergie. Elle a donc requis auprès de la Nersa une pénalité de 10% du chiffre d’affaires journalier moyen pour chaque jour de report par l’Eskom de la signature des contrats déjà validés par le gouvernement. Sur l’année financière 2015-2016, l’Eskom a déclaré un chiffre d’affaires de 11,6 milliards $. Khulu Phasiwe, le porte-parole de l’Eskom, a déclaré à Engineering News Online que l’Eskom ne s’était pas encore penché sur cette plainte, et n’avait par conséquent, pas encore de commentaires. Cependant, il a tenu à préciser que la lettre adressée par l’Eskom au ministère de l’énergie était le résultat d’un changement de la dynamique de la demande et de l’offre en énergie du pays qui avait conduit à un surplus de capacité disponible au niveau du fournisseur d’électricité.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here