Le Sénégal tend vers la création de sacs de substitution aux sachets plastiques

0

Le Sénégal a mis au point un projet intitulé « Handicap et développement durable ». Ce modèle répond aux Objectifs de développement durable (Odd) tout en créant des emplois au profit des personnes à mobilité réduite, communément appelées « handicapés », à travers la conception de sacs.

Le projet « Handicap et développement durable » est initié au Sénégal afin de faciliter le recyclage de sacs de substitution aux sachets plastiques. « Nous avons choisi une matière première recyclable, très solide et lavable. Il s’agit de sacs de substitution aux sachets plastiques appelés « mbouss » interdits au Sénégal depuis janvier 2016 », souligne dans les colonnes de lesoleil.sn Jean Christophe Henry, concepteur du projet. Un groupe exclusivement composé de personnes handicapées a été choisi pour procéder à la découpe des sacs. « Nous avons choisi des personnes qui n’avaient pas de formation initiale et nous les avons formées sur les enjeux de l’environnement. Cela a permis d’instaurer une compréhension des enjeux du développement durable comme mécanisme d’adaptation à l’environnement », déclare M. Henry. Ainsi, ces travailleurs ont été initiés à la comptabilité, à la gestion des stocks et au marketing pour les aider à se faire une place sur le marché. Selon le directeur des financements verts et des partenariats, Mamadou Lamine Dieng, venu procéder à la remise symbolique de deux machines à coudre et d’un four, « le Sénégal a tenu sa deuxième édition de la Conférence nationale sur le développement durable (Cndd). C’est en marge de cette conférence qu’il a été retenu de venir appuyer cette initiative », informe-t-il, soulignant que le développement durable est mis en avant dans ce centre. « Ici, nous retrouvons des activités économiques qui prennent en compte la protection de l’environnement. Le volet social est également considéré. Ils font des sacs recyclables qui contribuent à la protection de la nature », indique M. Dieng. Il soutient que lorsque le ministre a eu écho de cette activité, il les a instruits « d’appuyer matériellement l’initiative ».

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here