A Marrakech, le monde entier s’engage à protéger, restaurer et gérer durablement les forêts

0

Les dirigeants de l’action mondiale pour la protection, la restauration et la gestion durable des forêts ont annoncé une série de mesures qui démontrent que des progrès concrets sont en cours dans la mise en œuvre des engagements climatiques de l’accord de Paris et des Objectifs de développement durable (Odd).

Si l’on se fie à mediaterre.org, plus d’une douzaine d’initiatives, de l’Afrique à l’Indonésie en passant par l’Amérique du Sud montrent que des mesures d’atténuation et d’adaptation liées aux forêts et à l’agriculture sont fermement ancrées dans les contributions nationales de plus de 120 parties à la convention climat. L’annonce intervient également deux ans après la déclaration de New York sur les forêts, un engagement ambitieux de plusieurs parties prenantes visant à réduire la déforestation de moitié d’ici à 2020 et à s’efforcer de mettre fin à la disparition progressive de la forêt primaire d’ici à 2030. La Journée d’action sur la forêt à la conférence de Marrakech sur les changements climatiques (COP22) s’inscrit dans le cadre du programme de l’Action mondiale pour le climat (Amc), une initiative de la France et du Maroc pour stimuler la coopération entre gouvernements, villes, entreprises, investisseurs et citoyens pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et aider les nations les nations vulnérables à s’adapter aux impacts du changement climatique et bâtir leurs propres avenirs durables, fondés sur les énergies propres. « La conservation, la restauration et la gestion des forêts sont essentielles pour atteindre les objectifs de développement durable mondiaux, y compris dans la lutte contre la désertification et pour la sécurité de l’eau », a déclaré Abdeladim Lhafi, haut-commissaire pour l’eau, les forêts et la lutte contre la désertification du Maroc, coorganisateur de l’événement. « C’est pourquoi le gouvernement marocain annonce une nouvelle initiative, « Action renforcée en faveur des forêts dans la région méditerranéenne et sahélienne dans le contexte du changement climatique (Afms) », pour aider les pays à atteindre leurs engagements multilatéraux sur les forêts, qui incluent à la fois des mesures d’adaptation et d’atténuation dans le cadre de l’accord de Paris, et faciliter les investissements climatiques pour améliorer la gestion des forêts et renforcer la résilience des communautés tributaires des forêts ».

« Les forêts constituent l’une des ripostes de plus grande envergure et les plus rentables à notre disposition pour relever le défi du changement climatique », a déclaré Helen Clark, administratrice du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et coorganisatrice de l’événement. « Les pays, la société civile, le secteur privé et les peuples autochtones collaborent vaillamment pour protéger les forêts et afin de limiter le réchauffement planétaire à moins de 2°C au-dessus des niveaux préindustriels, conformément aux objectifs de l’accord de Paris ».

 Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here