COP22 : des progrès de réduction de la déforestation constatés dans plus de 120 parties

0

Les dirigeants du mouvement mondial pour la protection, la restauration et la gestion durable des forêts se sont dits satisfaits, ce 8 novembre à Marrakech, de plus d’une douzaine de mesures concrètes, visant la restauration et la gestion des forêts en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

Ce satisfecit a été exprimé selon adiac-congo.com, lors d’une conférence des leaders forestiers sur la «Journée d’action forestière», s’inscrivant dans le cadre du Global Climate action agenda, initiée par la France et le Maroc pour stimuler l’action coopérative entre les gouvernements, les villes, les entreprises, les investisseurs et les citoyens. Au cours de cette rencontre, une série d’annonces a été faite par les conférenciers pour améliorer la gestion des forêts. Il s’agit entre autres, d’un moratoire sur la compensation des tourbières indonésiennes ; d’une planification forestière pour la paix en Colombie. Ainsi dans ce pays, les efforts sont portés notamment sur le développement des terres non forestières, la mise en œuvre d’une réforme foncière vigoureuse et le placement de vastes étendues de forêt sous le contrôle des peuples autochtones.

Il s’agit, en outre, de mettre en place l’Initiative pour le pétrole de palmier en Afrique, annoncée par le partenariat public-privé Tropical forest alliance 2020, une nouvelle déclaration régionale de principes traçant une voie pour le développement responsable de ce produit dans l’une de ses régions productrices à plus forte croissance. Grâce à cette initiative, les gouvernements africains au plus haut niveau se sont engagés à apprendre et à éviter le grave déboisement causé par le secteur de l’huile de palme en Asie. Cette initiative pour les forêts d’Afrique centrale, notamment celles du Cameroun, de la République centrafricaine, du Congo, de la RDC, de la Guinée équatoriale et du Gabon, a franchi une étape importante depuis la COP21 vers la mise en œuvre du cadre de développement durable dans la région par la signature d’une lettre d’intention de 200 millions de dollars pour appuyer la REDD et des investissements de développement responsables et inclusifs.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here