Selon Aly Ngouille Ndiaye, un milliard de francs CFA sera consacré au financement des projets agroalimentaires au Sénégal

0

Le ministre de l’industrie et des mines, Aly Ngouille Ndiaye, a annoncé dimanche, la mise en place d’une plateforme multifonctionnelle intervenant essentiellement dans le monde rural, ainsi qu’un fonds d’un milliard de francs CFA pour financer des projets dans le domaine des industries de transformation agroalimentaire, a appris l’APS.

Ce fonds entre dans le cadre de la promotion et du développement des petites et moyennes industries (Pmi), en milieux urbain et rural, a précisé M. Ndiaye. Il évoquait, à l’occasion de la cinquième édition de l’Université républicaine, la politique d’industrialisation du Sénégal mise en œuvre par le régime actuel. Cette rencontre de deux jours, qui a pris fin dimanche, à Saly-Portudal (Mbour, ouest), était organisée à l’initiative de la Convergence des jeunesses républicaines (Cojer), une structure de l’Alliance pour la République (Apr, parti au pouvoir), sur le thème : « An 2 du PSE : bilan et perspectives ». Il a rappelé que le ministère de l’industrie et des mines a fait une cartographie de l’ensemble des secteurs à développer, notamment dans le domaine de la transformation. Il a ainsi identifié la possibilité de mettre sur pied 500 unités de transformation agroalimentaire à l’échelle du pays. Cette cartographie a été réalisée en collaboration avec les ministères de l’agriculture et de l’équipement rural, de l’élevage et des ressources animales et celui de la pêche et de l’économie maritime.


M. Ndiaye a signalé que son département a mis à la disposition de la Banque nationale pour le développement économique (Bnde), 500 millions de francs CFA. Le Fonds de garantie des investissements prioritaires (Fongip) a dégagé aussi la même somme, ce qui fait un total d’un milliard de francs CFA qui sert de fonds de garantie.

Selon lui, la Bnde est maintenant disposée à prêter jusqu’à 100 millions de francs CFA par projet, sur une duré de cinq ans, avec un taux d’intérêt de 6,5% et un différé de six mois pour permettre aux bénéficiaires de s’implanter et de réaliser des progrès. « Ce n’est pas de l’argent qu’on donne gratuitement, mais qui est là pour financer des projets bancables. Les fonds existent mais, malheureusement, à ce jour, nous n’avons pas reçu beaucoup de projets. S’ils ne sont pas utilisés, la Bnde va être obligée de les utiliser pour financer autre chose (…) », a prévenu Aly Ngouille Ndiaye.

Il a, en outre, annoncé qu’au niveau de son ministère, il a été mis en place des incubateurs. Celui de l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis est aujourd’hui fonctionnel.


Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here