Des chercheurs britanniques ont découvert un puits de carbone géant au Congo

0

Des chercheurs britanniques ont découvert la plus grande tourbière au monde. D’une surface supérieure au quart de la France, ses stocks de carbone équivalent à trois ans d’émissions mondiales liées aux énergies fossiles.

S l’on se fie à euractiv.fr qui cite un article de JDLE, à elle seule, la découverte de cette méga-tourbière dans la région de Cuvette-Centrale, située pour deux tiers en République démocratique du Congo et pour un tiers au Congo-Brazzaville, rehausse de 36% les stocks estimés de carbone dans les tourbières tropicales. Selon les analyses isotopiques menées par Greta Dargie, géographe à l’université de Leeds, et ses collègues, la tourbe a commencé à s’y accumuler il y a 10.600 ans. Elle forme désormais une couche épaisse de 2,4 mètres en moyenne (jusqu’à 5,9 mètres par endroits), sur une surface de 145.500 km2, soit 26% de la surface de la France métropolitaine. Les conclusions de leur étude ont été publiées dans la revue Nature.

30,6 gigatonnes de carbone

«Cette tourbière couvre une surface colossale. Elle est 16 fois plus large que les précédentes estimations, c’est la plus grande jamais trouvée sous les tropiques. Nous y avons trouvé 30,6 gigatonnes de carbone, jusqu’alors ignorées de tous», explique Simon Lewis, co-auteur de l’étude, également de l’université de Leeds. Ce qui équivaut à trois ans d’émissions mondiales liées aux énergies fossiles, ou à 20 ans de celles des Etats-Unis. Pour l’instant, ces terres reculées ont été épargnées par l’homme, contrairement aux tourbières indonésiennes, ravagées par la production d’huile de palme. «La protection de cette tourbière, ainsi que celle des forêts, pourrait constituer la plus grande contribution de l’Afrique centrale au problème mondial du changement climatique», juge Suspense Ifo, de l’université Marien Ngouabi de Brazzaville.

Outre le nouvel enjeu climatique que pose cette découverte, ces terres sont le refuge d’une grande biodiversité, et abritent notamment gorilles et éléphants de forêt, fortement menacés par ailleurs.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here