Les autorités de Juba confirment l’existence de la famine au Soudan du Sud

0

L’UE a condamné la famine ravageant le Soudan du Sud et aggravée par les affrontements, tout en promettant 82 millions d’euros d’aide d’urgence au pays. La situation de famine dans le plus jeune pays du monde – le Soudan du Sud a déclaré son indépendance en 2011 – a officiellement été confirmée le 20 février par le gouvernement de Juba. Les agences d’aide humanitaire réclament désormais de l’aide pour gérer la crise.

Selon l’UE, citée par euractiv.fr, 100 000 personnes sont confrontées à la famine, alors que d’autres organismes d’aide, comme Save the Children, parlent d’un chiffre encore plus élevé. En annonçant le paquet européen d’aide d’urgence, le commissaire en charge de l’aide humanitaire et de la gestion de crise, Christos Stylianides, a réclamé un accès à la zone de conflit pour les ONG et annoncé qu’il était prêt à retourner dans la région pour faire avancer la situation. « La tragédie humanitaire du Soudan du Sud est entièrement créée par l’homme. Une action urgente est nécessaire pour éviter que d’autres personnes ne meurent de la faim », a-t-il déclaré. « J’ai vu de mes propres yeux les conséquences de cette crise lorsque je me suis rendu au Soudan du Sud et dans les pays voisins comme l’Ouganda, et je suis prêt à retourner dans la région. » « Il est crucial que toutes les parties permettent aux organisations humanitaires d’avoir un accès immédiat et total [aux zones de conflit] pour faire leur travail et fournir de l’aide. En fin de compte, ce n’est qu’en déposant les armes que le pays pourra se reconstruire et que les espoirs qui ont accompagné la prise d’indépendance pourront être réalisés. »

Selon l’ONG Save the Children, qui s’est appuyée sur les chiffres du système d’alerte précoce en cas de famine, quelque 4,9 millions de personnes dans le pays seront en proie à une situation de crise alimentaire, proche de la famine, entre aujourd’hui et avril. La crise est une combinaison de mauvaises récoltes et d’affrontements sur le terrain. Depuis que le conflit a éclaté autour de Juba l’année dernière, la plupart des régions centrales et de l’est du pays, garde-manger du Soudan du Sud, ont été en proie à des affrontements. Selon les travailleurs humanitaires sur le terrain, le conflit n’a pas seulement détruit des récoltes, mais aussi forcé les agriculteurs à fuir leur foyer, abandonnant leurs terres et leurs récoltes, rendu les routes commerciales impraticables et perturbé la distribution d’aide.

Laisser un commentaire