La façade atlantique de l’Afrique se dotera bientôt d’un réseau d’experts de gestion des déchets chimiques

0

Le projet 35 pour la mise en place de Centres d’excellence pour la réduction des risques et menaces liés aux substances chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (Cbrn) travaille à la mise en place d’un réseau d’experts de la gestion de ces types déchets sur toute la façade atlantique de l’Afrique, a annoncé, mardi à Dakar, la gestionnaire du projet, Blanca Palacios Guardo.

«Notre objectif est de mettre en place un réseau d’expert en gestion des déchets chimiques et biologiques dangereux sur toute la façade atlantique de l’Afrique», a dit Mme Guardo à apanews.net, en marge d’un atelier de formation sur le module 5 du projet 35 Cbrn financé par l’Union européenne.  Des experts venus de la Tunisie, de la côte d’Ivoire, du Liberia, du Gabon, de la Mauritanie, du Togo, du Sénégal, et du Maroc, prennent part à cette formation qui s’est achevée jeudi. Blanca Palacios Guarda a indiqué que le réseau d’experts va procéder à la sensibilisation, à la formation et l’évaluation des risques, afin de mieux faire face aux menaces et dangers que ces déchets chimiques et biologiques dangereux présentent pour la santé et pour l’environnement.

Selon Diomaye Dieng, Conseiller technique au ministère de l’Environnement et du Développement durable (Medd) du Sénégal, la volonté des pays d’atteindre l’émergence et d’asseoir une économie forte soutenue par des politiques de développement agricole, sanitaire, industriel et énergétique conséquents augmente la croissance des déchets dangereux. «Vu la situation d’insécurité et de non-sûreté, avec les risques et menaces multiples auxquelles les déchets chimiques et biologiques mal contrôlés peuvent nous exposer, il est important d’avoir des experts bien outillés», a dit M. Dieng.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here