Notation RSE, un levier important pour évaluer la performance de l’entreprise

0

Encore perçue par certains comme une charge et une contrainte, une démarche RSE bien pilotée est au contraire un levier important de performance pour l’entreprise et permet de valoriser les actifs immatériels.

De plus en plus scrutée par les banquiers, assureurs, investisseurs et clients, la notation RSE peut être un atout à bien des égards. « D’une manière générale une démarche RSE permet de rationaliser et de mieux gérer donc in fine de réduire les coûts, indique dans les colonnes du site d’information decision-achats.fr, Richard Bourne, directeur engagement fournisseurs chez Ecovadis. Cette démarche donne lieu à une évaluation puis à une notation RSE qui aura un impact à plus ou moins long terme sur la profitabilité et la compétitivité de l’entreprise. »

Une note impactant à plusieurs niveaux :

– Business : avoir un certificat RSE est de plus en plus demandé par les clients et permet de mieux se situer par rapport au concurrent.

– Communication : une bonne note confirme l’engagement et la responsabilité de l’entreprise, renvoyant une image valorisante en interne comme en externe.

– Relation client/fournisseur : la notation permet de prioriser les points d’amélioration et d’établir un plan d’actions. Travailler en amélioration continue avec le client favorise les relations à long terme.

Comment ne pas se tromper dans l’évaluation et obtenir une bonne note ?

« La responsabilité sociétale s’appuie sur plusieurs sujets assez complexes et pas seulement environnementaux. Seront analysés par exemple tous les aspects éthiques, corruption, conditions de travail, gestion de carrière, la supply chain bien sûr et jusqu’au marketing responsable », énumère Richard Bourne. Qui affirme que certains aspects doivent être pondérés différemment selon la taille et l’activité de l’entreprise. « Une entreprise de distribution ou de transport devra mettre l’accent sur la partie sypply chain et l’impact pollution plus que sur le marketing responsable. Une entreprise dans le secteur de la construction aura elle tout intérêt à insister sur sa politique et ses actions en matière de sécurité et de conditions de travail plus que sur l’impact pollution », explique l’expert. Mettre en place un questionnaire personnalisé permet de faire un état des lieux précis et d’identifier les points forts et les points d’amélioration en priorisant les actions à mener. « Bien comprendre les enjeux spécifiquement liés à leur activité permet aux entreprises de rationaliser leurs certificats et écolabels pour ne conserver que ceux vraiment impactant », estime Richard Bourne.

Demander une réévaluation une fois par an. Pour qu’elle soit efficace une démarche RSE doit être pilotée. Il est important de maintenir le niveau de notation voire de l’améliorer. « L’idéal est de procéder à une analyse une fois par an », ajoute Richard Bourne. Cela permet de valoriser toute nouvelle action et d’améliorer son score. « Plus de 65% des entreprises s’améliorent dans la réévaluation de leur performance RSE, indique l’expert. Mais attention la note peut aussi baisser si rien de nouveau n’est fait ou en cas de changement de législation en matière de RSE », prévient-il. De même c’est aux entreprises elles-mêmes de demander leur réévaluation.

Zoom sur l’outil Ecovadis

La plateforme Ecovadis est un outil d’analyse et d’aide à la certification facilement intégrable aux outils d’analyse déjà en place. La méthodologie est développée sur 4 thèmes et 21 critères afin de couvrir l’ensemble des secteurs d’activité. Chaque questionnaire est « customisé » en fonction de la taille, l’activité et la zone d’action géographique de l’entreprise. Des fiches de bonnes pratiques par secteur d’activité ainsi qu’une fonction d’aide pour remplir le rapport et bien formaliser les points forts sont également disponibles.

Laisser un commentaire