L’Algérie abrite la conférence sur les énergies renouvelables

0

Les 17, 18 et 19 janvier 2018, l’Algérie sera le pays hôte de la conférence sur les énergies renouvelables organisée par le FCE et Sonatrach. La conférence-exposition qui aura lieu au Palais des expositions des Pins maritimes à Alger sera inaugurée par le premier ministre.

Placé sous le thème : « Réussir la Stratégie nationale de transition énergétique à l’horizon 2030 », ce rendez-vous aura pour mission d’élucider les problématiques entravant le développement de ce secteur et esquisser l’ébauche d’une feuille de route pour réussir la transition énergétique avec une contribution active des investisseurs nationaux, étrangers et surtout des bailleurs de fonds. A en croire un document du FCE, les autorités algériennes envisagent lancer un plan de développement des énergies renouvelables de 22 gigawatts, dédié à la seule consommation locale, et à réaliser sur la période 2017-2030/40. A court terme, un appel d’offres sera lancé prochainement pour le développement de 4 Gigawatts de solaire photovoltaïque sur une période de quatre à six ans. Cette première étape, selon la même source, représente un total d’investissement de quatre à cinq milliards de dollars.

Les participants de cette conférence auront la lourde tâche d’apporter des réponses concrètes aux questions suivantes : « Comment sortir de la dépendance aux hydrocarbures qui hypothèque sérieusement notre souveraineté et l’avenir du pays ? ». « Faut-il continuer à exporter les hydrocarbures à l’état brut ou doit-on encourager le développement d’une industrie de transformation ? ». « Comment concilier les besoins croissants du marché interne avec les engagements de l’ Algérie en matière de productions destinées à l’exportation ? ». Et « comment doter l’Algérie d’une Industrie nationale de production de biens et de service dans le secteur de l’énergie et comment encourager l’innovation et la formation dans ce domaine ? » Le FCE prône l’ouverture de ce secteur névralgique au privé algérien. Dans ce cas, il faudra concevoir un cadre juridique et réglementaire pour encourager l’investissement tout en préservant les intérêts suprêmes de l’Algérie. « S’il y a bien un secteur où il serait judicieux de faire valoir la préférence nationale, c’est bien celui de l’énergie », affirme-t-on, précisant que le mérite des énergies renouvelables (hydraulique, solaire, éolienne, géothermique et biomasse) réside dans la lutter contre le réchauffement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

La sélection des entreprises désireuses à participer à ce projet reposera essentiellement sur le principe du prix du KWH.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here