La salle de conférence Karibu du centre Maeva a abrité ce jeudi 22 février 2018, l’ouverture officielle des travaux de la 18ème édition du Forum de Bamako.

Portant sur le thème « Aménagement du territoire de l’espace sahélo-saharien : facteur de sécurité, de développement et de paix », et placée sous le haut patronage de son excellence Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République du Mali, l’ouverture des travaux de la 18ème édition du Forum de Bamako a été présidée par le premier ministre, S.E.M Soumeylou Boubeye Maiga.

L’insécurité graduelle a élu domicile au sahel

Dans allocution, le maire de la Commune IV du district de Bamako a souhaité la bienvenue à la délégation, et a réitéré ses vœux de pleine réussite à la 18 ème édition du forum de Bamako. Le sahel est riche voire très riche, mais il y’a des défis sérieux voire très sérieux qui entravent son développement. Outre, la dégradation des terres agricoles et des pâturages, la disparition de la forêt, l’effritement de la biodiversité, l’insécurité graduelle a élu domicile au sahel, car la profonde crise de confiance découlant du déficit de gouvernant en a fait le lit.

Un autre sahel est possible, un autre sahel doit être

Pendant que le manque ou la vétusté des infrastructure routières et des réseaux de communication entrave le commerce formel intra-sahélien, sur ce terreau fragile, prospère l’économie crise ou économie grise, indique le président de la fondation Forum de Bamako, M. Abdoullah Coulibaly.

« Et pourtant un autre sahel est possible, un autre sahel doit être », estime M. Coulibaly. Ainsi, il a espéré « un sahel où la gouvernance inspire confiance, s’ouvre à l’entrepreunariat féminin, s’ouvre à la diaspora et rend cet espace attractif pour les investisseurs et les projets de développement ».

Il s’agira donc pour lui, de voir comment ériger une muraille socio-économique durable et soutenable pour lutter contre le terrorisme et arrêter le flot des jeunes migrants notamment, à travers le développement des activité génératrices de revenus et de richesses pour les jeunes et les femmes tout le long de la route transsaharienne, et prenant appui sur la réalisation de projets et programmes d’énergies renouvelables, l’agriculture familiale, l’écotourisme, etc.

Urbanisation pour un développement durable

Pour sa part, Mme Soukeyna Kane, Directrice pays de la Banque Mondiale pour le Mali, la Guinée, le Niger et le Tchad, elle estime que le développement urbain est une importance capitale pour la Banque Mondiale. Les populations urbaines africaines s’élèvent aujourd’hui à 472 millions de personnes, et les investissements sont restés relativement faibles, soit 20% du PIB, au niveau urbain, a-t-elle déploré.

Les investissements, poursuit-elle, sont limités dans les logements faisant que le coût exorbitant de loyer amène les familles à vivre dans des petits espaces, les transports intra-urbain sont insuffisants, et le développement galopant des technologies crée en partie des menaces en Afrique. Elle a invité à réfléchir à des propositions concrètes en faveur de l’urbanisation pour un développement durable.

Stabilisation et le développement du Sahel

Dans son allocution d’ouverture, le Premier ministre, M. Soumeylou Boubeye Maiga a mis l’accent sur trois axes auxquels les décideurs doivent s’en tenir pour faire face aux défis du sahel. Il s’agit entre entres : la gouvernance nationale, la réponse régionale, la quête de plus de cohérence au niveau international.

« Il faut que chaque Etat se renforce d’abord au niveau national, afin d’aller vers la mutualisation des efforts, pour la stabilisation et le développement du Sahel », a-t-il laissé entendre.

La démographie, l’économie, les structures sociales, les systèmes de gouvernance et les enjeux de sécurité, les ressources naturelles et le changement climatique, sont les cinq thématiques de la présente édition qui se tient du 22 au 24 février 2018 à Bamako.

forumdebamako.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here