L’APP liste ses trois paliers pour l’atteinte des ODD en 2030

0

L’African Progresse Panel (App) a dressé un bilan sur 10 ans de mise en œuvre des objectifs du développement durable (Odd) en Afrique dans un rapport publié en 2017. D’après ce rapport, entre 2007 et 2017 le continent africain a connu une progression économique notable et encourageante, des barrières continuent d’y amplifier l’extrême pauvreté, principal obstacle pour l’atteinte de ces Odd à l’horizon 2030.

Le texte précise que les inégalités dans le partage des fruits de la croissance, la carence énergétique, les entraves à la révolution agricole et maritime, le manque d’infrastructure et la mauvaise gestion des fonds alloués à l’investissement publique sont des défis majeurs défis à surmonter. Et 3 axes principaux et deux programmes d’actions sont proposés pour inverser cette tendance. Ces piliers de ladite stratégie proposée sont entre autres les meilleures performances macroéconomiques et structurelles, l’adoption d’une économie inclusive et l’amélioration de la gouvernance.

Les arguments du rapport semblent plus blâmer la gouvernance locale et même les flux financiers massifs qui vident le continent de ses fonds

Si les axes principaux tournent autour de de 3 piliers, le programme d’action lui, tourne autour de 2 aspects. Le plus important mis en avant, demeure une mobilisation optimale des ressources pour le continent noir. Au-delà de la gouvernance et du renforcement des institutions, le panel africain propose avec une certaine emphase de lutter efficacement contre les flux financiers illicites qui en 2012 ont fait perdre au continent 67 milliards $.

Cette étude de l’Africa Progress Panel est assez intéressante de plusieurs points de vue. Elle fournit des éléments pour une analyse froide des différentes expériences vécues par l’Afrique dans la mise en œuvre des Odd. On note cependant que ses arguments semblent plus blâmer la gouvernance locale et même les flux financiers massifs, qui vident le continent de ses fonds.

Le rapport ne revient pas en effet sur les contraintes d’un système économique mondial qui a tendance à créer des zones et agents économiques périphériques sur lesquels la notion d’économie inclusive, suppose de réinventer l’approche de perception et de résolution des problèmes sociaux.

L’Africa Progress Panel a été créé en 2007 afin d’assurer le suivi des engagements pris par la communauté internationale envers l’Afrique à la suite du sommet du G8 organisé à Gleneagles, en 2005, et de la publication du rapport de la Commission pour l’Afrique intitulé « Notre intérêt commun ». Il est présidé par Koffi Anan, secrétaire général des Nations Unies d’alors.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here