Chocolat : l’ONG The Smart Freight Centre prône la durabilité

0

L’ONG The Smart Freight Centre a plaidé que les pratiques durables demandées aux opérateurs dans la filière cacao et chocolat ne soient plus concentrer seulement sur le planteur, le travail des enfants, etc. mais élargies à la chaîne logistique et au transport.

« Il est essentiel que nous prenions au sérieux le fret et le climat », a soutenu Sophie Punte, directrice exécutive du Centre lors de son speech à la conférence Chocoa qui s’est tenue à Amsterdam la semaine dernière. Ce, d’autant plus que le fret devrait tripler cette prochaine décennie. La responsable de Smart Freight Centre a invité les grands acteurs de la chaîne du cacao de prendre en compte les émissions de CO2 que génère le transport de cacao tout au long de la chaîne, de la ferme à la barre de chocolat. Affirmant que ce qui est vrai pour le cacao l’est aussi pour les autres filières.

En Côte d’Ivoire, la vétusté des camions transportant le cacao est un facteur clef dans la pollution de l’air. Si des multinationales comme Cargill ou encore Barry Callebaut ont recours à leur propre flotte moderne et propre à l’intérieur des villes, il en est tout autrement des véhicules utilisés pour aller chercher en brousse les fèves et qui appartiennent aux contractants des grands groupes. L’infrastructure routière étant souvent en mauvais état, les opérateurs tout au long de la chaîne n’utilisent pas de véhicules neufs.

Pour rappel, la pollution de l’air est passée du quatrième au troisième rang des facteurs de risque pour la santé en Côte d’Ivoire entre 2005 et 2016, selon l’Institute for health metrics and evaluation (Ihme).

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here