Le développement de l’agriculture, une priorité de (Tissemsilt) Algérie

0

Le développement économique de la wilaya de Tissemsilt, semble tout indiqué, pourvu, que les atouts qu’elle dispose en matière hydro-agricole soient exploités, revalorisés et pris en compte dans les programmes de développement, a estimé le wali de Tissemsilt Abdelkader Benmessaoud lors d’une rencontre regroupant les membres des Conseils interprofessionnels des filières agricoles de la wilaya de Tissemsilt, en présence du directeur des services agricoles de la wilaya de Tissemsilt, les représentants de la chambre d’agriculture et l’UNPA afin de promouvoir le secteur à travers la wilaya.

Assurer la sécurité et l’indépendance alimentaires

Cette rencontre de haut niveau vise  la réhabilitation, l’investissement et la modernisation de l’agriculture. Le chef de l’exécutif a fixé les priorités de la wilaya en trois secteurs stratégiques porteurs, à savoir l’agriculture, le tourisme et  l’industrie, en vue de créer un environnement favorable pour le développement local de la wilaya. « Le développement du secteur de l’agriculture doit être prioritaire, si l’on veut relever le défi de la sécurité alimentaire ». Il est temps d’orienter les efforts vers ce domaine pour assurer la sécurité et l’indépendance alimentaires. Ces superficies qui sont en cours de revalorisation vont nous permettre d’avoir une production et un rendement agricoles énormes. En outre, notre wilaya dispose d’un énorme potentiel oléicole. L’investissement dans l’agriculture constitue l’un des « plus importants et efficaces » outils de promotion de la croissance économique dans la wilaya de Tissemsilt, ont affirmé jeudi les participants à une rencontre sur la promotion de l’investissement dans le secteur agricole.

La rencontre a aussi porté sur les réalisations effectuées dans les diverses filières et branches du secteur agricole ainsi que les objectifs tracés pour le développement de chaque filière. Elle a aussi abordé la question de l’irrigation, connue comme un retard important par rapport au volume existant de ressources en eau pour le secteur agricole. Le wali de Tissemsilt, a souligné la nécessité de mobiliser toutes les ressources existantes en eau disponible afin d’augmenter la rentabilité du secteur agricole, notamment dans le domaine de la revitalisation des céréales ainsi que la production des légumes secs.

Avec la présence de l’eau pour l’irrigation dans plusieurs zones…, la wilaya pourra, à l’avenir, développer et moderniser davantage plusieurs filières agricoles

La promotion et l’encouragement des investissements privés et publics dans les différentes filières agricoles dans cette région qui dispose de réelles potentialités dont la disponibilité du foncier agricole et de la ressource hydrique et un climat propice pour le développement de plusieurs cultures, permettra un essor économique et social de plusieurs zones et localités de la wilaya, ont-ils souligné. Avec la présence de l’eau pour l’irrigation dans plusieurs zones, selon les derniers résultats de la récente étude hydrogéologique de la wilaya, la wilaya pourra à l’avenir développer et moderniser davantage plusieurs filières agricoles, spécifiquement la céréaliculture, les cultures maraîchères, l’arboriculture, notamment la phœniciculture et l’agrumiculture et les différentes autres activités d’élevage et d’aquaculture où des résultats positifs sont enregistrés localement, a indiqué le premier responsable de la DSA.

La wilaya de Tissemsilt est une région à vocation agricole par excellence. Elle recèle d’importantes potentialités dans ce secteur dont la surface agricole utile (SAU), est de l’ordre de 145 456 ha. L’option pour la redynamisation du secteur agricole, la nécessité de le mobiliser à bon escient, s’imposent de toute évidence dans une région privilégiée par la nature. Aussi, les périmètres de Bougara et de M’ghila, ont suscité très logiquement l’intérêt de M. Abdelkader Benmessaoud. Ces périmètres sont appelés à se promouvoir au même titre que les autres activités agricoles qui prospèrent dans la région du Sersou.

Le wali de Tissemsilt lance un appel aux agriculteurs de la wilaya, d’adhérer au programme d’irrigation pour l’année 2018

« La wilaya de Tissemsilt dispose de plus de 2.500 ha de terres irriguées, une faible superficie est exploitée », a fait remarquer le wali soulignant que ceci est «irraisonnable» eu égard aux sommes importantes dépensées par l’Etat pour l’extension des superficies irriguées. A ce propos, Abdelkader Benmessaoud a appelé les agriculteurs de la wilaya à changer de mentalité et à mieux exploiter les superficies agricoles irriguées aménagées à l’instar des périmètres des barrages de Bougara et de M’ghila. Le wali de Tissemsilt, a souligné que le programme vise les terres situées près des barrages de Bougara d’une capacité de stockage de 13 millions m3 et de M’ghila (6 millions m3) et ce, au niveau des communes de Tissemsilt, Khémisti et Laâyoune. Le wali a signalé que cette opération comprendra diverses cultures agricoles telles que différentes sortes de céréales, de légumes secs, de produits maraîchers et arbres fruitiers.

Il permettra, également, l’exploitation des périmètres irrigués des structures de ressources en eau précitées pour le développement des capacités de la wilaya dans le domaine des céréales et des fourrages, outre la promotion des cultures stratégiques comme les légumes secs, la pomme de terre et la tomate, ce qui contribuera à la diversification de la production agricole. Le wali de Tissemsilt lance un appel aux agriculteurs de la wilaya, d’adhérer au programme d’irrigation pour l’année 2018, en bénéficiant d’un soutien pour l’acquisition de matériels d’irrigation agricole, notamment de pivot et de goutte à goutte.

En vue de la réussite du programme d’irrigation agricole pour cette année 2018, la DSA a programmé une rencontre de sensibilisation et d’information au profit des fellahs avec le concours de la Chambre de l’agriculture de la wilaya, de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), ainsi que des représentants des banques qui fournissent des explications sur les mécanismes de soutien mis en place par l’Etat dans ce domaine.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here