Le Burkina Faso fait recours à un label RSE pour humaniser le secteur minier

0

Le Burkina Faso travaille à parvenir à une exploitation minière sans conflits. C’est dans ce sens que l’ONG Afrique Jeunesse, bénéficiant de l’appui technique et financier de Diakonia et la Chambre des mines du Burkina Faso, travaille à valoriser et encourager les initiatives des compagnies minières en matière de Responsabilité sociale des entreprises (Rse).

Pour se faire, l’ONG Afrique Jeunesse, a voulu aller plus loin en lançant le 1er mars 2018, le processus de labellisation des entreprises minières du pays. Il s’agira pour les entreprises de  montrer davantage les efforts qu’elles fournissent à travers leurs engagements RSE. Aussi, devrait-il permettre de favoriser le dialogue permanent entre l’entreprise minière et ses parties prenantes (communautés riveraines, employés, autorités administratives et politiques, organisations de la société civile).

Le label Rse va offrir aux sociétés minières, l’opportunité de capitaliser sur tout ce qu’elles réalisent

A travers ce processus de labellisation, Afrique Jeunesse et ses deux partenaires (Diakonia et Chambre des mines du Burkina) se sont données pour mission de contribuer à humaniser le secteur de l’exploitation minière, via la promotion de la responsabilité sociale. Cette démarche d’encouragement des entreprises minières à s’engager dans la Rse a abouti au processus en cours de la labellisation de la Responsabilité sociale des entreprises au Burkina. Le label de la Responsabilité sociale des entreprises minières (label RSE minière/BF) sera donc une reconnaissance solennelle du respect par les entreprises « citoyennes » de leur engagement à observer, défendre et promouvoir les principes universels de responsabilité sociale et de développement durable dans leurs activités économiques, leurs relations sociales et plus généralement dans leur contribution à la création de valeur.

Selon des sources proches du dossier, le label Rse va offrir aux sociétés minières, l’opportunité de capitaliser sur tout ce qu’elles réalisent en faveur des 3P (Profit-people-planet). De façon spécifique, le label Rse/minières Burkina a pour ambition de contribuer au renforcement des pôles de développement au Burkina à travers une stratégie RSE ; valoriser et encourager les initiatives des compagnies minières en matière de Rse ; renforcer les capacités des sociétés minières sur le plan organisationnel et institutionnel et favoriser le dialogue entre l’entreprise minière et ses parties prenantes.

« C’est un grand pas qui vient d’être franchi avec cette labellisation de la Rse au Burkina. Ce processus a débuté depuis plusieurs années et les acteurs privés du secteur minier avaient à cœur que cette démarche de responsabilité soit reconnue, soit officialisée et permette à chaque société d’allier sa propre performance au concept de responsabilité qui l’amène à mieux partager la valeur qu’elle crée avec ses différentes parties prenantes. C’est extrêmement important pour nous et nous allons encourager tous les membres de la Chambre des mines à adhérer à ce processus et à pouvoir cheminer pour obtenir cette ‘’décoration’’ », a confié le président de la Chambre des mines du Burkina, Tidiane Barry.

La réconciliation nationale n’est pas que politique, elle est également économique

Lamourdia Thiombiano, directeur de cabinet du ministre des mines et des carrières qui a présidé la cérémonie officielle de lancement de la démarche au nom du ministre, n’a pas manqué de féliciter les organisateurs pour cette « heureuse initiative ». « Quand une mine s’installe, elle déstabilise les populations dans leurs habitudes. C’est un choc d’intérêts divergents que l’on observe. Ce n’est pas toujours évident que la cohabitation soit saine. Avec l’approche RSE, c’est une invite des sociétés minières à une immersion dans leur environnement d’exercice de l’activité. Nous estimons que cette approche mérite d’être accompagnée », a précisé le M. Thiombiano.

Aujourd’hui, tous les acteurs doivent jouer leur partition pour un développement humain durable pour la cohésion sociale au Burkina. Et l’action d’Afrique Jeunesse et ses partenaires s’inscrit dans ce cadre. « La réconciliation nationale n’est pas que politique, elle est également économique. Donc, notre approche vise à renforcer la cohésion sociale au niveau des exploitations minières, à avoir de très bonnes relations entre sociétés minières et communautés riveraines, et à faire en sorte que les mines prennent en compte les communautés riveraines dans leurs activités économiques, dans leur recherche de bénéfices », a expliqué Daniel Da Hien, le coordonnateur de l’ONG Afrique jeunesse. Toutefois, il a rappelé que les entreprises qui obtiendront ce label peuvent le perdre si elles s’écartent des bonnes pratiques. Car, « ce n’est pas un diplôme », a-t-il insisté.

Pour mémoration, l’ONG Afrique jeunesse organise depuis quelques années le « prix Rse ». Elle a également organisé un symposium national d’harmonisation du concept RSE au Burkina ainsi qu’un colloque national sur le rôle et la place des OSC pour une utilisation efficiente des fonds miniers.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here