Vers « une grande révolution de l’agriculture sénégalaise »

0

« On est en train de réunir les ingrédients d’une grande révolution de l’agriculture sénégalaise », s’est enthousiasmé samedi 3 mars 2018 le ministre sénégalais de l’Agriculture et de l’Equipement rural, appelant à « parachever l’indépendance alimentaire », une composante selon lui de l’indépendance tout court.

Papa Abdoulaye Seck s’exprimait à Paris dans le cadre de la journée du Sénégal au Salon international de l’agriculture (Sia) autour du thème « Acquis de la politique agricole et perspectives ». A l’en croire, l’agriculture sénégalaise est en mouvement accéléré » et cette accélération « se fait dans la bonne direction », le secteur agricole étant « en train de se diversifier, de se fortifier, de tirer profit de la mondialisation, de nourrir, de respecter l’équilibre entre les terroirs et l’homme ».

La hausse de la production suffit comme réponse à ceux qui voudraient « saper » de telles statistiques

De l’avis de Papa Abdoulaye Seck pour qui il faut désormais raisonner en termes de grandes surfaces, le Sénégal dont l’agriculture peut être qualifiée de décomplexée, a « le droit d’avoir une nouvelle agriculture, une agriculture de progrès ».

Si l’on fie au ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, le Sénégal se dote d’un caractère incontestable des statistiques agricoles de records historiques de production enregistrées notamment en 2017. Suffisant pour lui d’estimer qu’aucun intellectuel ne peut les remettre en cause. Selon lui, son département dispose de « tous les arguments » et éléments pour démontrer leur bien-fondé et « contrecarrer » celui qui se lancerait dans une telle aventure.

S’appuyant sur les chiffres, Papa Abdoulaye Seck a révélé le caractère exceptionnel des productions enregistrées depuis quelques années, en particulier pour l’arachide, les fruits et légumes, le riz cultivé désormais dans plusieurs régions. C’est une réalité, et la hausse de la production suffit comme réponse à ceux qui voudraient « saper » de telles statistiques, a-t-il laissé entendre tout en insistant sur la réalité du caractère exceptionnel des performances agricoles du Sénégal.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here