Le rôle de l’agriculture dans la planification rurale

0

Sayouba Traoré de radio France internationale (Rfi) a, dans sa chronique agriculture et pêche, passé au peigne fin le rôle de l’agriculture dans la planification rurale. A l’en croire, les experts rencontrés sur le terrain le disent, le développement des pays est conditionné très fortement par le développement rural. Et comme ce sont des scientifiques, ils ont trouvé des raisons à cette situation. Première raison, l’agriculture dans ces pays se trouve encore au niveau de la subsistance. Deuxième raison, la majorité de la population vit dans les zones rurales et vit des activités agricoles. Troisième raison, conséquence logique des deux premières raisons, le niveau et la qualité de l’alimentation sont bas et il est impératif d’augmenter la production agricole. Quatrième raison, tout aussi logique également, on ne peut rêver d’une industrialisation à marche forcée puisque les producteurs n’ont pas les capitaux, n’ont pas les connaissances techniques et n’ont pas l’équipement nécessaire.

Il se trouve que le développement rural a pour objectif principal la transformation des zones agricoles afin qu’elles s’intègrent entièrement dans l’économie marchande de la nation et permettent ainsi l’amélioration du niveau de vie des populations rurales. Et cela ne va pas sans planification. Grossièrement, on va dire que la planification, c’est organiser l’action. Donc la planification rurale, ça consiste à planifier ce que les pouvoirs publics, les pouvoirs locaux, les associations, les ONG et les différents acteurs veulent entreprendre en faveur du monde rural. L’intention de départ est louable et l’impulsion a été donnée dans les années soixante, globalement après les indépendances nationales des pays africains. Il y a même un institut africain de développement économique et de planification fondé à Dakar au Sénégal en mars 1962.

A ce niveau du propos, pour ne pas heurter des sensibilités, il convient de choisir très prudemment les mots. A la longue, les efforts de planification n’ont pas donné les résultats escomptés et font aujourd’hui l’objet de critiques, parfois vives. On laisse même entendre que ce secteur de la planification est en crise en Afrique. Il a fallu repenser la planification en milieu rural africain. Et là encore les scientifiques ont trouvé pourquoi ça n’a pas bien marché, et pourquoi ça n’a pas marché du tout dans certains cas. D’abord on n’a pensé les choses depuis le sommet, c’est-à-dire dans les bureaux à la capitale. Ensuite, on n’a pas toujours tenu compte des réalités cruelles du terrain. Parfois, pour aller vite, on a consulté sommairement les populations locales.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here