Près de 500.000 personnes affectées par les inondations en Somalie, dixit l’ONU

0

Suite aux inondations soudaines et dévastatrices qui se sont abattues en Somalie, touchant près de 500.000 personnes et déplacé environ 175.000 autres dans de vastes régions du pays, les agences des Nations unies en Somalie ont intensifié leur réponse.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) estime que les inondations actuelles sont parmi les pires que la région ait jamais connues. « Les personnes déplacées sont les plus vulnérables à l’impact des inondations alors que de nombreux camps sont situés dans des zones basses », a déclaré à New York Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général des Nations unies. Précisant que « les partenaires humanitaires sur le terrain ont donné la priorité à l’eau, à l’assainissement, à l’hygiène, à la [santé,] au logement et à la réponse alimentaire dans leurs interventions ».

Les fortes pluies et ces inondations soudaines surviennent seulement quelques mois après qu’une sécheresse dévastatrice l’an dernier a laissé plus de six millions de personnes avec un besoin d’aide humanitaire. L’ampleur des pluies a été bien pire que prévu, a déclaré Yngvil Foss, cheffe adjointe du Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha) en Somalie. « Au départ, tous les acteurs humanitaires ont commencé à répondre avec les moyens dont ils disposaient », a-t-elle déclaré, notant que les agences humanitaires des Nations unies ont pu mobiliser des fonds la semaine dernière pour intensifier leur intervention.

Pour sa part, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) a livré 4,5 millions de tonnes de médicaments et d’autres fournitures médicales à Belet Weyne, capitale de la province d’HirShabelle, le 29 avril 2018.

La Mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom) n’est pas en reste. En effet, ses troupes ont évacué plus de 10.000 résidents de Belet Weyne des zones inondées de la ville et fourni des bâches et de l’eau aux personnes touchées.

Cependant, des fonds supplémentaires sont nécessaires d’urgence pour aider le nombre croissant de déplacés internes. Le plan de réponse humanitaire pour 2018 en Somalie, totalisant 1,5 milliard de dollars (avant les inondations), n’est financé qu’à hauteur de 19%.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here