90% de la population mondiale respire de l’air pollué, selon l’OMS

0

L’Organisation mondial de la santé (Oms) affirme que 90% de la population mondiale respire de l’air pollué. Pire, 7 millions de personnes meurent chaque année à cause de l’exposition aux particules fines. C’est ce qu’a indiqué l’organisation onusienne dans son dernier rapport.

La pollution de l’air se présente donc comme un enjeu planétaire. C’est la réflexion que l’on se fait à la lecture du rapport de l’Oms sur la pollution. Quasiment tout le monde est concerné puisque l’institution explique que 90% de la population mondiale respire de l’air pollué. « D’après ces données, environ 7 millions de personnes meurent chaque année des suites de l’exposition aux particules fines qui pénètrent profondément dans les poumons et dans le système cardiovasculaire, ce qui cause des affections comme les accidents vasculaires cérébraux, les problèmes cardiaques et le cancer du poumon » résume le quotidien Sud-Ouest.

L’Oms montre par ailleurs que si les habitants du monde entier sont concernés, lorsqu’il s’agit des dangers graves pour la santé et de morts, les pays les plus pauvres sont en première ligne. On apprend ainsi que plus de 90% des morts liés à la pollution sont enregistrés dans les pays aux revenus les plus faibles, particulièrement en Afrique et en Asie. « Au cours des 6 dernières années, les niveaux de pollution de l’air ambiant sont restés élevés et plus ou moins stables, avec des concentrations en baisse dans certaines régions d’Europe et des Amériques » avance le communiqué de l’Oms.

Une injustice qui s’expliquent par de multiples facteurs mais notamment l’absence de législation et de normes pour contraindre les gros pollueurs à cesser d’abimer la santé des populations. « On ne peut pas accepter que plus de 3 milliards de personnes – surtout des femmes et des enfants – continuent de respirer tous les jours des fumées mortelles émises par des fourneaux et des combustibles polluants à l’intérieur de leurs habitations » a lancé le directeur général de l’Oms, Tedros Adhanom Ghebreyesus. 4 300 villes ont été observées dans 108 pays pour parvenir à ce bilan global.

« Les statistiques montrent également que les lieux où les niveaux de pollution de l’air ambiant sont les plus élevés se trouvent au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Asie du Sud-Est, avec des moyennes annuelles de pollution qui dépassent souvent plus de 5 fois les limites fixées par l’Oms. Ce sont ensuite les villes à revenu faible ou intermédiaire d’Afrique et du Pacifique occidental qui sont les plus concernées » analyse Sud-Ouest.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here