La Côte d’Ivoire ambitionne financer sa nouvelle politique forestière

0

Les autorités ivoiriennes comptent injecter une enveloppe estimé à environ 616 milliards FCFA (environ 1,1 milliard $) sur une période de dix (10) ans afin d’assurer un meilleur suivi de sa nouvelle politique forestière, baptisée « Déclaration de politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts ».

A travers cette initiative, le pays entend renforcer le strict respect du dispositif législatif et réglementaire de protection des arbres et des massifs forestiers, tout en mettant l’accent sur l’augmentation du nombre des aires protégées et des forêts classées. En termes clairs, ce pays d’Afrique de l’ouest envisage assainir sa politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts.

A en croire les autorités ivoiriennes, cette déclaration de politique forestière prend en compte les engagements internationaux de la Côte d’Ivoire en matière de préservation de l’environnement et de lutte contre le changement climatique, ainsi que la nécessité de poursuivre le développement socio-économique du pays, à travers les secteurs de l’agriculture et de l’industrie du bois.

« Plus spécifiquement, le gouvernement, à travers cette Déclaration de politique forestière, entend mobiliser l’ensemble des acteurs publics et surtout privés autour des forêts ivoiriennes.», précise le communiqué du Conseil des ministres du 23 mai 2018. A cet effet, le gouvernement ivoirien entend organiser, « dans les meilleurs délais », une table ronde des bailleurs de fonds en vue de mobiliser les ressources financières nécessaires à sa mise en œuvre.

Mais compte tenu de l’urgence induite par le recul constant du couvert forestier, le gouvernement a dégagé un financement de 4 milliards FCFA (environ 7,1 millions $) pour les besoins immédiats de l’Administration forestière. A cela s’ajoute un financement de 15 millions $ octroyé par la Banque mondiale en janvier 2018, en vue d’aider à enrayer le phénomène de déboisement et de dégradation des forêts qui prend de l’ampleur dans le pays.

Il importe de relever qu’alors qu’elle disposait de près de 16 millions d’hectares de forêts en 1960, la Côte d’Ivoire a connu une dégradation importante de son couvert forestier au fil des années. En sorte qu’en 1990, le pays ne disposait plus que de 7,8 millions d’hectares de forêts, correspondant à une couverture forestière de 24,36% du territoire.

Pour rappel, en 2000, le recul s’est accentué à 5,1 millions d’hectares correspondant à 15,81% du territoire ivoirien. En 2015, il ne restait plus que 3,4 millions d’hectares de forêt, représentant une occupation spatiale de 10,56% du territoire. Le taux de déforestation annuel a été estimé à 4,32% entre 1990 et 2000 et à 2,69% entre 2000 et 2015.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire