Les larves de cire contribueraient à la lutte contre le plastique

0

Une découverte fortuite et inattendue a révélé que les larves de cire, généralement élevées pour finir en tant qu’appâts de poissons, ont un goût démesuré pour le plastique. Une situation qui pourrait faire intervenir ces larves dans la lutte contre les plastiques polluants.

Les vers mangeurs de plastique, se présentent ainsi comme un soutien de taille et pourraient aider efficacement à faire la guerre aux déchets. Pour ces chenilles qui sont élevées comme appâts de poisson de qualité supérieure, cela pourrait être considéré comme une meilleure vie. Plutôt que de se balancer au bout d’un crochet et de se demander ce qui va suivre, les larves vont se joindre à la guerre contre les déchets plastiques.

Un vers gourmand caché dans la ruche

Les larves de vers de cire sont vendues comme de délicieuses collations pour les poissons, mais dans la nature, les vers se nourrissent du miel d’abeille, ce qui en fait le fléau des apiculteurs en Europe.

Federica Bertocchini, biologiste à l’Institut de biomédecine et de biotechnologie de Cantabrie (Espagne) a tenté de se débarrasser des vers de cire qui infestaient ses ruches en les mettant dans un sac en plastique. Peu après, « je suis retournée dans la pièce où j’avais laissé les vers et j’ai constaté qu’ils étaient partout », a-t-elle constaté. « Le sac était plein de trous. »

À la suite de cette découverte fortuite, elle décide d’étudier les habitudes alimentaires des larges galleria mellonella. Les premiers résultats de laboratoire, annoncent que 100 vers peuvent dévorer 92 milligrammes de polyéthylène (un des plastiques les plus résistants) en seulement 12 heures.

Selon les scientifiques, avec un tel appétit pour le plastique, les vers pourraient être mis à profit dans la guerre contre le plastique. Chaque année, une personne moyenne utilise plus de 200 sacs en plastique qui peuvent prendre entre 100 et 400 ans pour se dégrader dans les sites d’enfouissement.

Les vers semblent décomposer le polyéthylène avec les mêmes enzymes qu’ils utilisent pour la cire d’abeille.

Des recherches toujours en cours

Paolo Bombelli, un biochimiste à Cambridge qui a participé à l’étude, a déclaré que cette découverte pourrait conduire à une solution contre les déchets plastiques qui remontent dans les voies navigables, les océans et surchargent les décharges.

Avec de plus amples recherches, les scientifiques espèrent identifier les enzymes que les vers de cire produisent quand ils dévorent un sac. Les gènes de ceux-ci pourraient ensuite être injectés dans des bactéries, ou dans des organismes marins appelés phytoplancton, et utilisés pour dégrader les plastiques dans la nature.

Parce qu’il existe des réglementations strictes concernant la libération d’organismes génétiquement modifiés dans l’environnement, une autre façon de réduire les déchets plastiques pourrait être d’élever un grand nombre de vers de cire et de les laisser se perdre dans les déchets. Mais cela pourrait seulement être viable si les vers ont un appétit sans fin pour les sacs en plastique.

« Nous voulons savoir s’ils mangent le plastique pour l’utiliser comme nourriture, ou simplement parce qu’ils veulent s’échapper », a déclaré le biochimiste. « S’ils veulent juste s’échapper, ils vont en avoir vite assez. Mais s’ils le mangent comme source d’énergie, la donne est complètement différente. Nous ne sommes pas encore en mesure de répondre à cette question, mais nous y travaillons. »

Avec enviro2b.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here