Un projet d’investissement forestier lancé en Côte d’Ivoire

0

Le ministère de l’Environnement et du Développement durable à travers l’Unité Intégrée de coordination des projets (Uiap) a organisé, lundi 15 octobre 2018 en collaboration avec l’Office ivoirien des parcs et réserves (Oipr) et la Société de développement des forêts (Sodefor), le lancement du Projet d’investissement forestier (Pif) Banque mondiale Côte d’Ivoire, à la salle de l’auditorium de la Primature à Abidjan. Le Pif vise à mettre en œuvre la stratégie nationale REDD+ au sein de quatorze forêts classées du centre et du sud-ouest du pays et du parc national de Taï.

Ce projet sera mis en œuvre dans 8 régions de la Côte d’Ivoire et servira à renverser la tendance de la déforestation et de la dégradation des forêts ; la couverture forestière est passée de 16 millions d’hectares en 1960 à 3,4 millions en 2015.

Lors de ce lancement, le ministre ivoirien de l’Environnement et du Développement durable, le Pr Joseph Séka Séka, a indiqué que le projet « s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale du mécanisme international de réduction des émissions de gaz à effet de serre, dues à la déforestation et à la dégradation des forêts ». Ajoutant aussi que, dans le domaine de la déforestation, beaucoup reste encore à faire. Tout en invitant les populations à s’impliquer sans retenue et avec célérité pour la réussite du projet.

Quant au représentant du directeur des opérations de la Banque mondiale, Sunil Mathrani, il a précisé que « ce programme est un cadre de gestion des ressources forestières en Côte d’Ivoire. Il contribuera à mettre en œuvre l’agriculture zéro déforestation, d’ici à 2020 ». Il a notamment convié toute l’équipe du projet à procéder à un « démarrage effectif » des activités, assurant de la disponibilité de son institution à accompagner la Côte d’Ivoire.

Rappelons que la Banque mondiale a approuvé, en janvier 2018, un financement d’un montant total de 15 millions $ en faveur de la Côte d’Ivoire, dans le but d’aider à enrayer le phénomène de déboisement et de dégradation des forêts qui prend de l’ampleur dans le pays.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here