Une forte dose de plastique dans le sel consommé au Sénégal

0

Une étude réalisée par Greenpeace révèle une forte dose de plastique dans le sel que les Sénégalais consomment tous les jours.

« Si la consommation de sel par jour est de 10 grammes, le consommateur adulte moyen pourrait ingérer environ 2 mille micro-plastiques par an.  L’échantillon analysé présente 48 microparticules par kilogramme», déclare le coordonnateur de l’étude, Kim Seung-Kyu, professeur à l’Université d’Incheon.

Pis, le sel Sénégalais occupe la 19e place dans le classement des 28 marques concernées par l’étude. Une situation qui atteste que le sel consommé au Sénégal était à ce point dangereux.

En termes clairs, les populations sénégalaises utilisaient du sel de mauvaise qualité depuis un bon bout de temps. C’est ce qui semble ressortir d’une étude coréenne réalisée en collaboration avec Greenpeace sur un rapport publié par Environnemental Science & Technology, une revue scientifique examinée. Selon le rapport, une forte dose de plastique est présente dans le sel que les Sénégalais consomment au quotidien.

Pour Mikyoung Kim, chercheur à Greenpeace Asie de l’Est, le sel sénégalais occupe une mauvaise place dans le classement des 28 marques concernées par l’étude. « L’échantillon analysé présente 48 microparticules par kilogramme, plaçant ainsi les marques sénégalaises à la 19e place sur 28 », renseigne-t-il.

L’étude révèle également que beaucoup de ce que nous ingérons (fruits de mer, produits issus de la faune, eau du robinet et sel) contiennent des plastiques que l’on retrouve dans les selles humaines. Et selon Mikyoung Kim, plus la pollution de l’eau de mer est importante et plus la pollution du sel marin est importante.

39 marques de sel de table ont été collectées dans les supermarchés de 17 pays différents sur quatre continents, entre janvier et septembre 2017. Et même si les échantillons proviennent au total de 21 pays, certains échantillons ont été achetés dans le même pays ou la même région.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here