La FAO prône l’innovation agricole pour répondre aux futures demandes alimentaires

0

Le Directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a profité du lancement du Symposium international sur l’innovation agricole pour les agriculteurs à Rome en Italie le 21 novembre 2018 pour préciser qu’il est indispensable de pouvoir réaliser des progrès rapides en matière d’innovation agricole capables de lutter contre le changement climatique et de soutenir les agriculteurs familiaux si l’on veut atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) ».

«Nous cherchons à développer des solutions durables qui peuvent être facilement répliquées entre les pays et les régions, tout en étant peu coûteuses. Nous devons mieux comprendre les processus d’innovation et les facteurs qui conduisent à l’innovation. Nous devons aussi chercher des solutions concrètes, identifier des interventions prioritaires et développer des stratégies qui permettront ensuite de multiplier ces réussites», a-t-il ajouté.

Les agriculteurs familiaux représentent près de 800 millions de personnes et ont depuis longtemps été des entrepreneurs agricoles et des innovateurs. Ils gèrent près de 75 pour cent des terres agricoles mondiales et produisent environ 80 pour cent de la nourriture mondiale. Le fait de renforcer leur capacité à innover est particulièrement crucial aujourd’hui pour pouvoir répondre aux futures demandes alimentaires d’une population qui atteindra près de 10 milliards d’habitants en 2050, dans le contexte du changement climatique.

«Innover pour améliorer les conditions des agriculteurs familiaux et surmonter les défis qui freinent la transition vers des systèmes agro-écologiques devrait devenir de plus en plus prioritaire», a expliqué Mme Inga Rhonda King, Présidente du Conseil social et économique des Nations Unies, lors de la session d’ouverture.

Selon la FAO, l’innovation en matière agricole  va bien au-delà de la technologie, des drones, de l’équipement agricole. L’innovation implique aussi divers procédés sociaux, organisationnels ou encore institutionnels, qui vont de l’accès aux marchés et aux crédits aux services de vulgarisation, ou encore à la commercialisation des produits.

Les gouvernements, la société civile, les organisations d’agriculteurs, les centres de recherche et le secteur privé ont tous un rôle à jouer en créant un environnement propice à cette innovation dans l’agriculture, souligne l’organisation dans un communiqué à l’occasion de l’ouverture du premier Symposium international pour les agriculteurs familiaux.

La FAO teste également les applications «en bloc» en vue d’optimiser les chaînes alimentaires, la traçabilité, l’application des droits et les processus de transactions financières. Elle travaille sur ces dossiers avec le secteur privé, notamment avec Google, Telefónica en Espagne, Unilever entre autres.

Un nouveau Prix d’innovation pour une alimentation et une agriculture durable sera créé, en partenariat avec le gouvernement suisse. Les individus, les sociétés privées et les institutions sont invités à soumettre leurs travaux qui devront contribuer à réaliser l’objectif mondial Faim Zéro.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here