2,5 millions de personnes en insécurité alimentaire en 2019, selon OCHA Mali

0

Dans son « bulletin humanitaire, septembre-mi-novembre 2018 » sur la situation alimentaire au sein du pays d’Afrique de l’Ouest, publié mercredi 21 novembre 2018, le Bureau de la coordination humanitaire des Nations-Unies, OCHA Mali a révélé qu’il est urgence d’agir. Car, le « taux de malnutrition aiguë sévère est toujours au-dessus du seuil d’urgence ».

Pour étayer son argumentaire, OCHA Mali explique qu’environ 2,5 millions de personnes sont considérées comme étant dans le besoin en termes de sécurité alimentaire allant d’octobre à décembre 2018, parmi elles, plus 185.000 sont en situation de « crise » ou « d’urgence »  et 2,3 millions de personnes «sous-pression» dans l’ensemble du pays. Selon l’organisation, si rien n’est fait d’ici le mois d’août 2019,  trois millions (3.000.000) de personnes sous pression pourraient basculer dans l’insécurité alimentaire totale.

Si des actions ne sont pas entreprises en toute urgence, vers la période de juin-août, 416 000 personnes en état de crise et d’urgence et 3 millions de personnes sous pression seront en état d’insécurité alimentaire, indique-t-on dans ce document. À travers le même bulletin, nous trouvons des justifications quant à l’amélioration de la situation d’insécurité en 2018. Cela serait dû à la production agricole 2018-2019 jugée « bonne à moyenne. »

Dans ce bulletin humanitaire de septembre à mi-novembre 2018,  OCHA déplore  le taux de malnutrition aiguë sévère qui reste toujours au-dessus du seuil d’urgence au Mali. Selon l’organisation, l’insécurité alimentaire persiste malgré le fait que la campagne agricole soit satisfaisante dans l’ensemble.

Les résultats du cadre harmonisé de novembre 2018 révèlent que durant la période allant d’octobre à décembre 2018, environ 2,5 millions de personnes sont considérées comme étant dans le besoin en termes de sécurité alimentaire. Selon la liste du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire pour les pays du CILSS, parmi les personnes citées plus haut, plus 185.000 sont en situation de «crise»  ou «d’urgence» de la  phase 3 et 4. Et, sur l’ensemble du pays,  2,3 millions de personnes sont «sous pression», ce qui correspond à la phase 2.

Dans ce bulletin de septembre mi-novembre 2018, en plus de la situation alimentaire, l’OCHA a également procédé à des constats sur le plan sécuritaire au Mali. Selon elle, 716 écoles étaient fermées dans les Régions du Nord et du Centre du pays en octobre dernier. Elle signale que le  nombre de civiles victimes d’engins explosifs a plus que doublé comparativement à 2017. Et durant la période hivernale de 2018, plus de 70700 personnes ont été victimes des inondations.

L’organisation conclut que le financement qui consiste à résoudre ce déficit tarde à être décaissé. Selon elle, c’est un dollar sur deux recherché qui est mobilisé à travers le plan de réponse humanitaire.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire