La promotion de la pêche artisanale durable en zone insulaire débattue en Pologne

0

L’Institut de la Francophonie pour le développement durable et Enda Energie ont organisé, le 12 décembre 2018, un événement parallèle dans le pavillon de la Francophonie (zone E, numéro 24) à Katowice, en Pologne pour présenter les premiers résultats du projet «promotion de la filière pêche artisanale durable en zone insulaire : cas de la commune de Djirnda au Sénégal » financée par la Fondation Mava.

La rencontre organisée en marge de la vingt-quatrième session de la Conférence des parties (COP24) sur le climat a permis de mettre en exergue l’expérience acquise au cours de l’année et les principaux enseignements tirés. Elle a en outre permis d’aborder certaines questions spécifiques telles que les défis et enjeux de la durabilité de la pêche artisanale tout en ressortant sa contribution dans la lutte contre le changement climatique.

Pour rappel, L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), à travers son organe subsidiaire, l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), avec le soutien de la Fondation MAVA, en partenariat avec Enda Energie, et avec la collaboration avec le service de conservation de l’Aire marine protégée de Gandoul, a mis en œuvre le projet « Accompagnement technique de la commune rurale de Djirnda dans les îles Saloum au Sénégal, pour la mise en œuvre expérimentale d’une filière durable de pêche artisanale » du 15 avril 2018 au 1er juin 2020.

Les mers du Sénégal sont connues comme faisant partie des eaux les plus poissonneuses au monde. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, le delta du Saloum au Sénégal est l’un des plus grands réservoirs de mangrove en Afrique.

La pêche artisanale joue un rôle social et économique de premier plan dans la région du Sine-Saloum. Sil’exploitation se fait de manière à minimiser la dégradation de l’environnement tout en maximisant les bénéfices économiques et sociaux, elle peut offrir l’un des meilleurs exemples d’utilisation durable des ressources.

Le vise à mettre en place une filière durable de pêche artisanale, pour garantir la pérennité des stocks pour les générations futures, participer à la sécurité alimentaire de la région, et assurer des emplois décents et des revenus durables, tout en prenant en compte la durabilité de toute la chaîne de valeur locale des produits de la pêche.

C’est dans cette optique que Ousmane Gning, chargé de programmes, Enda Energie a structuré sa présentation de la problématique de la pêche artisanale dans les zones insulaires (Commune de Djirnda et aire marine protégée de Gandoule), des objectifs, activités et résultats du projet Pêche durable en apportant une réponse aux problèmes soulevés, des acquis et bonnes pratiques et enfin, des perspectives d’intervention.

Notons que la problématique de la pêche artisanale reste un enjeu majeur au Sénégal, en particulier dans les zones insulaires de Foundiougne, Djirnda et Basoul qui sont très vulnérables aux variations climatiques.

Moctar FICOU / VivAfrik                     

Laisser un commentaire