Le Burkina Faso à l’assaut du déficit électrique

0

La lutte contre le manque de l’énergie électrique a pris une ampleur fulgurante au Burkina Faso. Confronté au déficit énergétique, le gouvernement burkinabé, a opté pour des projets structurants visant à réduire l’écart entre les centres urbains et les zones rurales.

Dans un communiqué de presse rendu publique, le ministère de l’Energie précise qu’« afin de rendre l’énergie accessible pour tous au Burkina Faso et réduire considérablement l’écart entre les centres urbains et le milieu rural, le département de l’Energie a initié un certain nombre de projets structurants» visant à «renforcer la production, le transport et la distribution de l’électricité, avec un accent particulier sur les énergies renouvelables».

Ainsi, avec le soutien de la Banque mondiale, le Burkina Faso a prévu la construction de la centrale thermique de 50 MW de Kossodo à Ouagadougou et celle de 7,5 MW de Fada N’gourma (Est).   S’agissant des projets en énergie renouvelable, il y a la construction des centrales solaires de 20 MWc à Koudougou (Centre-ouest) et celle de 10 MWc à Kaya (Centre-nord).

«L’extension de la centrale solaire photovoltaïque de Zagtouli de 17 MW est également en cours de réalisation, avec la Banque européenne d’investissement (BEI), de même que la construction des centrales solaires du programme Yeleen avec une puissance cumulée de 50 MWc, réalisées avec l’AFD, la BAD, l’UE et le Fonds Vert Climat», note le texte du ministère.

Ce département ministériel annonce également la construction de la centrale solaire régionale de 17 MWc avec la KFW à Bobo Dioulasso et les projets IPP solaires de 155 MW cumulés à Kalzi, Pâ, Kodéni, Zano, Dédougou, plus celle de 26 MW de Zina solaire.

«L’ambition clairement affichée des premiers responsables du pays, est de sécuriser, grâce à ces projets structurants, l’approvisionnement en énergie électrique propre, durable et moins chère à la population, mais aussi de faire du Burkina Faso, le leader en matière d’énergie renouvelable dans la sous-région», conclut le document.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here