Quatre accords de production d’énergie éolienne signés en Tunisie

0

Quatre accords de production d’énergie éolienne ont été paraphés entre le gouvernement tunisien et quatre (4) entreprises (une allemande, une hollandaise et deux françaises) pour l’exploitation des projets éoliens estimés à un coût total de 414,3 millions de dinars et pour une capacité totale de 120 MW jeudi 9 janvier 2019 lors de la cérémonie de remise des accords de principe aux gagnants des offres des projets d’énergie éolienne.

D’après le journal HuffPost, les sites de productions se situeront à Mornag (gouvernorat de Ben Arous), au Djebel Sidi Béchir (gouvernorat de Bizerte), au Djebel Kchabta (gouvernorat de Bizerte) et El Btiha (gouvernorat de Bizerte), et permettront la création de 76 emplois. La date de démarrage de l’exploitation de ces 4 unités de production se fera entre mai et novembre 2020.

Encore beaucoup à faire

Selon Nafaa Bakari, président de l’Association Tunisienne de l’Energie Eolienne, la production de l’électricité à partir des énergies renouvelables en Tunisie est de l’ordre de 3%, un chiffre relativement faible, même si la Tunisie a fait de grands progrès.

En marge du 3ème congrès international sur « les énergies renouvelables, l’investissement dans l’infrastructure et l’efficience énergétique » tenu en décembre 2018, rappelle le journal, il avait estimé que la Tunisie envisage d’atteindre une production de l’électricité, à partir des énergies renouvelables de 12%, en 2020, 22% en 2022 et 30% à l’horizon 2030.

La Tunisie, bonne élève en matière d’énergies renouvelables

Selon le récent rapport de la Banque Mondiale sur la situation des politiques publiques dans le domaine de l’énergie durable (RISE), la Tunisie se hisse, en 2017, à la 21ème place sur un total de 133 pays dans le domaine des énergies renouvelables, gagnant 44 places par rapport l’année 2016.

Selon ce nouveau classement publié, en décembre 2018, la Tunisie a obtenu un score de 76 points sur un total de 100 points, rejoignant ainsi le groupe des pays à haut rendement après avoir fait partie du groupe des pays à rendement moyen.

Moctar FICOU / VivAfrik            

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here