Le rôle des termites dans la protection des forêts tropicales contre la sécheresse

0

Les termites jouent un rôle essentiel dans la survie des plantes tropicales qui poussent dans des forêts tropicales humides en cas de sécheresse. C’est la révélation faite par des chercheurs de l’Université de l’Australie-Occidentale, en collaboration avec l’Université de Liverpool, le Muséum d’histoires naturelles de Londres et l’Université de Malaisie.    

La vie sauvage est un équilibre fragile où chacun a un rôle précieux à jouer. Malgré leur mauvaise réputation, les termites ne font pas exception. Une équipe vient de démontrer comment ces insectes contribuent à la bonne tenue des forêts tropicales en permettant notamment une régulation de l’humidité.

La nouvelle découverte publiée dans la revue Science a donc des implications importantes pour la conservation des forêts tropicales humides. Bien que les forêts tropicales humides ne couvrent que 2% de la surface de la Terre, elles contiennent environ la moitié de la biodiversité terrestre du monde, ce qui constitue le ratio le plus élevé de tous les écosystèmes. Cependant, l’impact du changement climatique constitue une menace croissante pour leur survie.

Les termites régnaient sur le royaume sombre de la forêt en grignotant les feuilles tombées des arbres, en creusant des tunnels et aérant le sol, en somme en « manipulant » l’écosystème. Mais les scientifiques ne savaient pas à quel point ces insectes étaient indispensables au bon équilibre de la forêt – ils avaient donc décidé de préciser leur rôle en déplaçant les termites d’un endroit particulier de la forêt et en observant la réaction du dit environnement.

Le hasard voulait qu’ils commencent leur expérience alors que la forêt venait d’être frappée par une sécheresse extrême, lors du phénomène météorologique El Niño de 2015-2016. Et ce qu’ils ont découvert – et résumé dans un article publié dans le journal Science – était inattendu : les termites étaient partout – presque deux fois plus nombreux que pendant une année normale en termes de précipitations. Et ces termites ont aidé la forêt à résister à la sécheresse et à s’en sortir intacte : dans les zones riches en termites, le sol est resté humide, davantage de plants d’arbres ont germé et l’écosystème a continué à vibrer avec force malgré la longue période sèche.

Les termites ont un rôle important dans les écosystèmes des forêts tropicales

Le professeur agrégé de l’Université d’Australie-Occidentale, Theodore Evans, qui a joué un rôle de premier plan dans cette étude, a déclaré que les termites étaient parmi les animaux les plus abondants dans les forêts tropicales humides.

« La quantité même de termites suggère que ces insectes ont un rôle important à jouer dans les écosystèmes des forêts tropicales, mais leur rôle n’avait jusqu’à présent jamais été compris», a déclaré le professeur Evans.

« C’est en partie à cause de leur petite taille et parce qu’ils vivent sous terre, cela les rend plus difficiles à étudier par rapport à d’autres animaux plus grands. »

Dans cette étude, les chercheurs ont mesuré le rôle des termites et leur abondance dans la forêt de Bornéo (Malaisie) au cours de la sécheresse de 2015-2016 due au phénomène El Nino.

« Nous avons utilisé des méthodes d’appâtage pour réduire les populations de termites dans un site d’étude de la forêt de Bornéo et nous les avons comparées à un autre site d’étude non manipulé », a déclaré le professeur Evans.

« C’est comme une assurance écologique », explique Hannah Griffiths, entomologiste à l’Université de York, au Royaume-Uni. Les termites, indique-t-elle, ont maintenant pour rôle de protéger la forêt du stress occasionné par le changement climatique.

L’activité des termites double en période de sécheresse

« Ce que nous avons découvert, c’est que l’activité des termites a doublé pendant la sécheresse et qu’ils ont absorbé jusqu’à 40% de litière supplémentaire. La litière digérée est ensuite restituée au sol sous forme d’éléments nutritifs. En effet, les termites distribuent par ce procédé plusieurs éléments nutritifs au sol, notamment des composés azotés, du potassium et d’autres métaux, révélant que les modèles actuels sous-estiment le flux de carbone dans l’atmosphère pendant les périodes de sécheresse. »

Le professeur Evans a déclaré qu’étant donné que les termites doivent vivre dans des conditions humides, ils déplaçaient les eaux souterraines vers le sol de surface pendant la sécheresse et augmentaient l’humidité du sol jusqu’à environ 36%, augmentant de 51% la survie des semis pendant la sécheresse.

Cette étude est la première à mesurer les effets positifs des termites dans les forêts pluviales sur la réduction de l’impact de la sécheresse sur les plantes. Les résultats ont confirmé la prédiction du célèbre biologiste de l’Université de Harvard, le professeur Wilson, ces termites sont « l’une de ces petites choses qui dirigent le monde», car ils influencent les processus qui aident les plantes, dont nous dépendons tous.

Selon le professeur Evans, « l’étude fournit des preuves supplémentaires de l’importance de la conservation des écosystèmes naturels en comprenant leur biologie. De cette manière, nous pourrons les protéger en période de changements environnementaux rapides ».

Les termites jouent un rôle clef dans de nombreux écosystèmes naturels. Les scientifiques savent depuis des années que dans les forêts tropicales les termites mâchent les feuilles et le bois mort, gardent le matériau tombé sous contrôle et réintroduisent dans l’écosystème les nutriments contenus dans les matériaux qu’ils grignotent, qui servent ensuite à nourrir d’autres plantes, insectes et animaux.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here