La BEI finance l’accès à l’eau et à l’énergie propre en Afrique

0

La Banque européenne d’investissement (BEI) a levé un investissement de 3,3 milliards d’euros en Afrique, le plus important volume de prêt consenti par la Banque dans le continent noir depuis 1965, au profit d’un soutien direct pour 59 projets relatifs au secteur privé et au développement durable mis en œuvre dans 20 pays africains.

En 2018, la Banque européenne d’investissement a approuvé 3,3 milliards d’euros (3,74 milliards d’USD) de nouveaux financements pour des investissements à l’appui du secteur privé et des infrastructures dans 20 pays africains. Dans son discours à l’occasion du Sommet de l’Union africaine, qui s’est tenu ce jour à Addis-Abeba, Werner Hoyer, président de la Banque européenne d’investissement, a confirmé que la Banque a battu, en 2018, son record d’investissement annuel en Afrique depuis le début de ses opérations sur le continent, il y a 54 ans.

« L’Afrique a besoin de bons partenaires. L’étroite collaboration entre la Banque européenne d’investissement, la banque de l’UE, et ses partenaires africains a permis d’enregistrer, l’an dernier, un volume d’activité record, s’établissant à 3,3 milliards d’euros de nouveaux financements de la BEI en faveur de projets répartis sur tout le continent.

Les discussions menées avec les dirigeants africains présents à Addis-Abeba aujourd’hui contribueront à renforcer l’incidence de l’engagement de la BEI sur l’ensemble du continent africain dans les années à venir. Grâce à ce renforcement, l’Afrique bénéficiera du savoir-faire unique dont dispose la Banque européenne d’investissement dans les domaines technique, environnemental et financier pour atteindre des objectifs communs et relever des défis mondiaux.

Pour l’avenir, la BEI, en tant que première IFI au monde pour le financement de la transition numérique, va renforcer sa coopération avec ses partenaires africains et internationaux afin de favoriser le passage aux TIC et la réduction de la fracture numérique entre les sexes sur l’ensemble du continent, comme il a été souligné lors du Forum de haut niveau Afrique-Europe », a déclaré à eib.org, le président de la Banque européenne d’investissement, Werner Hoyer.

Soutenir les investissements du secteur privé pour améliorer les perspectives économiques

L’an dernier, la BEI a accordé plus de 1,14 milliard d’euros pour des investissements dans le secteur privé en Afrique. Ces ressources ont notamment permis de financer des projets industriels en Égypte, au Maroc, en Tunisie et au Nigeria, ainsi que de nouveaux prêts aux entreprises par le biais de lignes de crédit accordées à des banques locales en Afrique du Nord, en Afrique de l’Ouest, en Afrique de l’Est et en Afrique australe.

Les fonds mis à disposition ont également servi à améliorer, de manière ciblée, l’accès au financement des femmes entrepreneurs en Éthiopie et à appuyer l’octroi de prêts spécifiquement destinés à des investissements liés au climat.

Renforcer l’accès à une énergie propre et accélérer l’investissement dans les énergies renouvelables

Des millions d’habitants du continent africain bénéficieront des nouveaux investissements soutenus par la BEI dans les domaines de l’énergie solaire, des énergies renouvelables hors réseau et des installations d’interconnexion afin de permettre l’approvisionnement en énergie propre des régions non desservies jusqu’ici.

L’an dernier, la BEI a approuvé le financement de projets qui produiront plus de 1 600 MW d’énergie propre, à savoir des centrales solaires au Maroc, au Kenya et en Zambie, des installations hydroélectriques au Cameroun et des aménagements permettant à quelque 10 millions de ménages et de petites entreprises en Éthiopie, au Kenya, au Nigeria et en Ouganda d’avoir accès à l’énergie solaire hors réseau.

Parmi les investissements financés figure le projet pionnier Noor Midelt au Maroc, qui combine la technologie solaire à concentration et la technologie photovoltaïque afin d’assurer un approvisionnement en énergie solaire propre même après le coucher du soleil.

Appui au développement durable dans les secteurs prioritaires

La BEI a également contribué au financement de nouveaux investissements destinés à renforcer l’approvisionnement en eau potable saine en Angola, à améliorer le traitement des eaux usées en Égypte, à gérer les crues au Bénin, à lutter contre la pollution en Tunisie et à permettre à de petits exploitants agricoles d’Eswatini d’utiliser plus efficacement l’eau d’irrigation.

L’an dernier, la Banque a aussi soutenu des investissements visant à lutter contre la dégradation des sols, à préserver les forêts et à rendre la pêche et l’aquaculture plus durables partout en Afrique.

Améliorer l’éducation et la santé

Les étudiants marocains bénéficieront de meilleures installations dédiées à l’enseignement et autres à la suite du soutien apporté par la BEI dans le cadre de la construction d’un nouveau campus universitaire à Fès. Par ailleurs, une initiative de financement pionnière dans le domaine médical permettra à des prestataires de soins de santé de desservir des populations ayant actuellement un accès limité à ces services.

Des financements de la BEI attendus en Afrique

Dans les mois à venir, la Banque européenne d’investissement devrait confirmer de nouveaux financements non négligeables pour des projets destinés à être mis en œuvre sur l’ensemble du territoire africain, notamment dans les domaines des transports durables, de l’aménagement urbain, des infrastructures liées à l’eau, de la microfinance et du secteur privé.

Rappelons que la Banque européenne d’investissement a approuvé plus de 48 milliards d’euros d’investissements sur l’ensemble du territoire africain depuis 1965.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here